17.12.2012

Allemagne: la dena chiffre les coûts de l’extension du réseau

Les réseaux de distribution d’électricité allemands devront faire l’objet d’une extension comprise entre 135'000 à 193’000 km d’ici 2030, et 21’000 à 25'000 km du réseau existant devront être adaptés. Une étude réalisée par l’Agence allemande de l’énergie (dena) présentée le 11 décembre 2012 à Berlin indique que ces travaux coûteront entre 27,5 et 42,5 milliards d’euros (CHF 33,2 et 51,3 mia.).

Dans son étude intitulée «Le besoin en extension et en innovation des réseaux de distribution d’électricité en Allemagne d’ici 2030», la dena a évalué l’étendue et le besoin d’investissement de l’extension du réseau allemand d’ici 2030 pour les zones basse tension, moyenne tension et haute tension.

La dena a indiqué que le besoin en extension et en investissement dépendait de la part de production de courant issue des énergies renouvelables en 2030. Elle a rappelé que les réseaux de distribution allemands avaient été conçus pour délivrer l’électricité jusque chez les consommateurs finaux. Or dans le cadre du développement des énergies renouvelables et de la production décentralisée d’électricité, les réseaux de distribution doivent déjà maintenant prendre en charge des quantités importantes de courant issues des énergies solaire et éolienne. Et cela devrait encore s’intensifier dans les années à venir, ce qui conduira à une insuffisance de la capacité actuelle des réseaux de distribution pour transporter le surplus de courant des régions, produit à partir des énergies renouvelables.

Nécessité d’une extension importante

«Les réseaux de distribution allemands doivent faire l’objet d’une extension et d’une modernisation importantes», a insisté Stephan Kohler, président de la dena. «Nous ne pourrons réellement parvenir à distribuer et à consommer le courant issu des énergies renouvelables et produit par des installations décentralisées qu’en adaptant en conséquence l’infrastructure du réseau. Le développement de ces énergies doit impérativement s’accompagner d’un développement de l’infrastructure.» Selon les deux scénarios d’extension élaborés dans l’étude dena, les réseaux de distribution d’électricité devront faire l’objet d’une extension comprise entre 135'000 et 193’000 km d’ici 2030, et 21'000 à 25'000 km du réseau actuel devront être adaptés, ce qui nécessitera un investissement compris entre 27,5 et 42,5 milliards d’euros (CHF 33, 2 et 51,3 mia.).

Rapporté à l’infrastructure de réseau actuelle, c’est dans les zones de moyenne et de haute tension que le besoin est le plus important: ainsi, le réseau haute tension pourrait être étendu de jusqu’à 19% et celui de moyenne tension de jusqu’à 24%. En effet, ces deux réseaux acheminent non seulement le courant issu de la production des grandes installations d’énergies renouvelables, mais également le courant généré, et non consommé, par les niveaux inférieurs. C’est dans le secteur de la haute tension que les coûts seront les plus élevés, la technique d’exploitation de transport d’électricité étant ici beaucoup plus coûteuse que dans les zones basse tension. En outre, les tracés existants devront être adaptés.

L’étudie conclut enfin que dans les conditions réglementaires actuelles, les exploitants des réseaux de distribution dont le réseau présente un besoin en développement élevé ne retireront pas la rentabilité suffisante. En d’autres termes: les protagonistes ne sont pas suffisamment incités à financer l’extension du réseau requise. 

Source: 
M.A./C.B. d’après un communiqué de presse de la dena du 11 décembre et un résumé de l’étude «Le besoin en extension et en innovation des réseaux de distribution d’électricité en Allemagne d’ici 2030» du 10 décembre 2012