20.05.2014

Des analyses approfondies du risque sismique pour les centrales américaines

Les exploitants des 60 sites nucléaires américains se trouvant à l’est des Rocky Mountains ont remis à l’autorité de sûreté nucléaire américaine (NRC) les versions actualisées des analyses du risque sismique en mars 2014, conformément à la demande de cette dernière. Sur cette base, la NRC confirme aujourd’hui que les installations peuvent continuer à être exploitées de manière sûre, mais des analyses complémentaires devront être effectuées pour 21 sites.

La NRC avait demandé une actualisation des analyses du risque sismique suite à l’accident de réacteur de Fukushima-Daiichi. L’objectif était de comparer les nouveaux scénarios de danger avec les mouvements sismiques du sol pris en compte pour les conceptions d’origine. Sur la base des analyses remises, la NRC arrive à la conclusion que les 95 tranches nucléaires présentent des marges de sécurité suffisantes. Le réacteur encore inachevé de Bellefonte 1 est lui aussi concerné.

Une procédure par étapes

La NRC a malgré tout identifié 21 sites pour lesquels elle souhaiterait des examens plus approfondis. Afin cependant de tenir compte du manque de personnel spécialisé à même de réaliser ces examens, l’autorité a dressé une liste de priorités et réparti les 21 sites concernés dans deux groupes. Pour le premier, qui contient dix noms, les exploitants devront remettre une analyse des risques détaillée avant le 30 juin 2017. Cela concerne les sites suivants: Callaway, Donald Cook, Indian Point, North Anna, Oconee, Peach Bottom, Pilgrim, Robinson, Vogtle et Watts Bar. Le second groupe devra quant à lui effectuer les analyses avant le 31 décembre 2019. Sont concernés les sites de Beaver Valley, de Browns Ferry, de Catawba, de Dresden, d’Enrico Fermi, de Hatch, de La Salle, d’Oyster Creek, de Palisades, de Virgil C. Summer et de Sequoyah.

En outre, les exploitants des 21 sites ont jusqu’à la fin de l’année pour prouver que leurs installations pourront être arrêtées de manière sûre en cas de mouvements sismiques importants. Les mesures de rééquipement qui seront éventuellement identifiées devront être mises en œuvre avant décembre 2016.

Concernant les autres installations à l’est…

Pour 23 autres sites (dont Bellefonte 1), la NRC n’a pas encore décidé de la nécessité ou non de procéder à des analyses plus poussées. Mais là encore, les exploitants devront justifier avant fin 2014 de la sécurité de leurs installations en cas de séisme nécessitant une mise à l’arrêt. Les analyses supplémentaires éventuelles devront être remises avant fin 2020. Concernant les 16 sites restants, leur conception remplit déjà des exigences de sécurité élevées, ce qui les exempte de toute analyse supplémentaire.

…et à l’ouest

Actuellement, 100 tranches réparties sur 62 sites sont en exploitation aux Etats-Unis, sans compter Bellefonte 1. Six d’entre elles se trouvent à l’ouest du pays: Columbia dans l’Etat de Washington, Diabolo-Canyon 1 et 2 en Californie, et Palo-Verde 1 à 3 en Arizona. En ce qui les concerne, les analyses sismiques actualisées sont attendues pour mars 2015. La NRC procèdera à une évaluation des résultats et introduira là encore les mesures ultérieures éventuelles.

Source: 
M.B./C.B. d’après un communiqué de presse de la NRC du 9 mai 2014