01.05.2017

Deuxième ligne de faisceau pour le SwissFEL

Dieses Jahr starten am Freie-Elektronen-Röntgenlaser SwissFEL des Paul Scherrer Instituts (PSI) die Les premières expériences pilote au laser à rayons X à électrons libres SwissFEL de l’Institut Paul-Scherrer démarrent cette année. La nouvelle grande installation de recherche du PSI produira des impulsions de rayons X ultracourtes qui permettront aux chercheurs de conduire un large spectre d’expériences, mais pas de répondre à toutes les questions qui les intéressent. La deuxième ligne de faisceau sur le SwissFEL qui sera mise en service en 2020 permettra une diversité d’expériences encore plus importante.

A partir de 2018, deux stations d’expérimentation seront mises à la disposition des chercheuses et chercheurs de Suisse et du monde entier. Une troisième est actuellement en cours de conception. Avant cela, le PSI démarrera cette année les premières expériences pilotes.

Les trois stations d’expérimentation permettent aux chercheurs de mener leurs essais avec ce qu’on appelle des rayons X «durs». La longueur d’onde de ces rayons X est extrêmement courte. Cette lumière de type rayons X très riche en énergie est optimale pour suivre le mouvement des atomes lors de processus ultrarapides. Mais s’ils veulent comprendre précisément ce qui se passe avec des molécules ou des atomes lorsque ces derniers entrent dans une liaison chimique, ou la manière dont ils réagissent à certaines influences externes comme des champs électromagnétiques ou la lumière, les chercheurs ont besoin de rayons X «mous» avec une longueur d’onde plus grande. En effet, en raison de leur énergie moindre comparée aux rayons X «durs», ces rayons X «mous» permettent de se focaliser sur les processus qui se jouent dans les couches externes de l’enveloppe des atomes.

Deuxième ligne de faisceau dès 2020

Pour toutes ces raisons, une deuxième ligne de faisceau avait déjà été planifiée lors de la construction du bâtiment du SwissFEL. Elle est désormais en construction depuis début 2017. Les travaux se déroulent en parallèle aux préparatifs à la première ligne de faisceau avec rayons X «durs» pour les premières expériences. La deuxième ligne de faisceau produira des rayons X «mous» avec une longueur d’onde plus grande et devrait être mise en service en 2020. Les coûts de la deuxième ligne de faisceau s’élèvent à quelque 44 millions de francs et sont supportés en grande partie par la Confédération. Le canton d’Argovie participe au financement à hauteur de 4 millions de francs prélevés sur son Fonds de loterie Swisslos. Les coûts du SwissFEL avec la première ligne de faisceau s’élèvent à quelque 275 millions de francs. Un montant auquel le canton d’Argovie contribue à hauteur de 30 millions de francs.

Source: 
M.B./C.B. d’après un communiqué de presse du PSI du 6 avril 2017