13.04.2016

L’UE doit jouer un rôle de direction dans le domaine de l’énergie nucléaire

Le Groupement européen des entreprises d’électricité Eurelectric salue le rapport publié récemment concernant le programme indicatif nucléaire (PINC). Il regrette cependant que la question des mises à l’arrêt anticipées en raison des conditions difficiles du marché ne soit pas traitée. Foratom – l’organisation faîtière des forums atomiques européens – demande à la Commission européenne d’aborder les conséquences des conditions du marché sur les investissements nucléaires.

Eurelectric a qualifié le rapport Pinc paru le 4 avril 2016 de bonne base de discussion sur le rôle joué par l’énergie nucléaire en vue d’atteindre les objectifs énergétiques de l’UE. Il s’est dit satisfait que le rapport reconnaisse les investissements importants que doivent réaliser les fournisseurs d’énergie. «Une contribution continue de l’énergie nucléaire est nécessaire dans le cadre du tournant énergétique neutre en carbone initié par l’UE, mais un cadre politique européen positif l’est tout autant», expliquait le secrétaire général d’Eurelectric, Hans ten Berge. «Nous regrettons cependant que le rapport ne mentionne pas la compétitivité des centrales nucléaires actuelles qui fonctionnent parfaitement sur le plan technique mais qui ont dû être déconnectées du réseau dans certains pays en raison d’une situation du marché difficile et de mesures créant des distorsions de la concurrence au niveau national», a rajouté celui-ci.

Dans sa prise de position sur le rapport Pinc, Foratom a demandé à ce que les distorsions du marché qui entravent les investissements nécessaires dans le cadre des prolongations d’exploitation et des nouvelles constructions fassent l’objet de discussions. «Foratom attend de la Commission qu’elle joue un rôle de direction et qu’elle formule des propositions concrètes qui permettront de faciliter les investissements dans l’énergie nucléaire et les autres technologies pauvres en carbone». Foratom a également demandé une meilleure coordination entre les autorités d’autorisation nationales ainsi qu’une uniformisation au sein de l’UE afin de lever les obstacles à l’entrée dans le nucléaire des Etats-membres et d’améliorer la compétitivité des constructeurs de centrales et des sous-traitants sur le marché international.

Le directeur général de Foratom, Jean-Pol Poncelet, a qualifié le rapport Pinc d’instantané de l’énergie nucléaire en Europe. «Ce dont nous avons besoin désormais, c’est d’une vision et d’un rôle dirigeant clair afin que l’énergie nucléaire puisse être encouragée comme il se doit en tant que solution au changement climatique. Je pense que la Commission européenne a failli ici et n’a pas mis en avant l’énergie nucléaire en tant que technologie pauvre en carbone fiable et en tant que solution en vue d’atteindre les objectifs de l’Union de l’énergie».

Source: 
M.A./C.B. d’après des communiqués de presse d’Eurelectric et de Foratom du 7 avril 2016