13.11.2013

IFSN: un moyen de communication supplémentaire pour la protection d’urgence

Depuis le 1er novembre 2013, l’Inspection fédérale de la sécurité nucléaire (IFSN) dispose d’un moyen supplémentaire pour communiquer avec la Centrale nationale d’alarme (CENAL), les cantons et les installations nucléaires: le système de communication Polycom.

D’après des informations de l’IFSN, Polycom est en service depuis des années. Il couvre les besoins du Corps des gardes-frontière, de la protection civile, de certaines unités de l’armée, de la police, des services sanitaires, des sapeurs-pompiers ainsi que d’autres organisations chargées du sauvetage et de la sécurité. Lors de deux tests de connexion du 17 septembre et du 15 octobre 2013, l’IFSN a constaté que les conditions pour l’introduction de Polycom étaient désormais également remplies de son côté.

La mission de l’Integrated Regulatory Review Service (IRRS) de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) avait recommandé en 2012 à l’IFSN d’entreprendre une amélioration de la redondance et de la diversité des moyens de communication. Le groupe de travail interdépartemental créé pour examiner les mesures de protection de la population en cas d'évènements extrêmes en Suisse (IDA NOMEX) avait également mentionné cette amélioration de la protection d’urgence en Suisse dans son rapport.

En juillet 2011 déjà, l’IFSN avait entamé de premières analyses concernant les moyens de communication diversifiés.
 

Polycom

Polycom est un réseau radio numérique à ressources partagées qui permet aussi bien les communications que la transmission de données par radio. En principe, les communications radio sont cryptées. Au lieu d’un canal radio attribué à chaque utilisateur de manière fixe dès le départ, le système cherche un canal libre de l’infrastructure pour chaque nouvelle liaison établie. Ce procédé permet une utilisation optimale des capacités radio. En outre, la technique numérique augmente significativement la qualité et la sécurité des systèmes radio. La liaison avec des réseaux radio conventionnels déjà en place est possible, même si elle est limitée. Si le canal radio n’est pas disponible, les terminaux peuvent fonctionner en mode «talkie-walkie».

Source: 
M.A./C.B. d’après un communiqué de presse de l’IFSN du 6 novembre 2013