08.11.2017

La France revoit son objectif de réduction de la part du nucléaire à l’horizon 2025

Le 7 novembre 2017, le ministre français de l’Environnement, Nicolas Hulot, a reconnu qu’il sera «difficile» d’atteindre l’objectif de 50% de production nucléaire à l’horizon 2025, fixé par la loi de transition énergétique. 

A l’été 2015, l’Assemblée nationale a adopté le projet de loi relatif à la transition énergétique pour la croissance verte. Le texte prévoit que la part du nucléaire dans le mix électrique français sera abaissée de 75% actuellement à 50% à l’horizon 2025. Le ministre français de l’Environnement, Nicolas Hulot, a déclaré le 7 novembre 2017 devant le Conseil des ministres que cet objectif de réduction n’était pas réaliste. «Si l’on veut maintenir la date de 2025 pour ramener dans le mix énergétique le nucléaire à 50%, ça se fera au détriment de nos objectifs climatiques», a-t-il souligné. M. Hulot a toutefois assuré que l’objectif de 50% en soi demeurait. «Dans l’année qui vient, nous allons regarder le nombre de réacteurs qu’il faudra fermer. Tout ça va prendre quelques mois et, en fonction de ça, nous fixerons une nouvelle date», a-t-il déclaré.

Dans le sillage de l’annonce de M. Hulot, cinq scénarios possibles de transition énergétique ont été publiés par Réseau de transport d’électricité (RTE). Dans son bilan prévisionnel, RTE estime qu’une réduction trop rapide du parc nucléaire devrait s’accompagner de la poursuite de l’exploitation de quatre centrales à charbon et de la construction d’environ 20 centrales à gaz.

Le président français Emmanuel Macron, élu en mai 2017, s’était engagé lors de sa campagne électorale à respecter les objectifs fixés par la loi de transition énergétique. Pour sa part, M. Hulot avait annoncé en juillet 2017 que sur les 58 réacteurs nucléaires actuels, 17 pourraient être déconnectés du réseau afin d’atteindre l’objectif de réduction.

Source: 
M.A./C.B. d’après différents articles de presse, le communiqué de RTE du 7 novembre 2017 et le Bilan prévisionnel de l’équilibre offre-demande d’électricité en France, édition 2017