19.01.2015

La Grande-Bretagne s’intéresse aux petits systèmes de réacteur

Une commission parlementaire britannique invite le gouvernement à intensifier la recherche dans le domaine des petits systèmes de réacteur modulaires (Small Modular Reactors, SMR). Les SMR pourraient en effet jouer un rôle clé à l’avenir afin de favoriser une énergie pauvre en carbone et présentant des coûts du capital avantageux.

Dans un rapport publié le 17 décembre 2014, la commission sur l’énergie et le climat du Parlement britannique recommande au gouvernement de se pencher plus en détail sur les caractéristiques des SMR. Il s’agit notamment de mieux comprendre la structure des coûts. Pour cela, le gouvernement devra travailler en collaboration avec l’industrie. L’objectif est d’identifier clairement les conditions permettant de rendre les SMR concurrentiels en Grande-Bretagne. Le rapport indique qu’il est important d’établir un comparatif des coûts aussi bien avec les gros réacteurs nucléaires traditionnels qu’avec les autres technologies de production d’électricité décentralisées. Les SMR pourraient être prémontés dans un atelier de fabrication avant d’être acheminés jusqu’à un site définitif.

La commission parlementaire voit dans le SMR la technologie clé qui permettra de générer une électricité pauvre en carbone à des coûts du capital plus avantageux que les grosses tranches nucléaires conventionnelles. La rentabilité des SMR doit cependant encore être étudiée.

La commission parlementaire souhaite une installation de démonstration

La commission recommande que les investissements dans le SMR soient issus de partenariats publics-privés. Le rapport invite le gouvernement à faire le nécessaire afin d’encourager l’industrie à construire une installation de démonstration de type SMR en Grande-Bretagne. Pour cela, celui-ci devra créer des conditions d’investissement favorables notamment en faisant en sorte que l’autorité de sûreté nucléaire ne retarde pas les autorisations et en désignant des sites possibles. Le rapport estime ici que les sites des centrales actuelles sont les plus adaptés pour accueillir une telle installation étant donné que l’infrastructure supplémentaire requise sera minime et que des collaborateurs formés sont déjà présents sur place. La commission espère qu’une telle installation offrira de nouvelles perspectives à l’industrie de production britannique également.

Source: 
S.Ry./C.B. d’après un communiqué de presse du Parlement britannique du 17 décembre 2014