24.02.1999

La politique de gestion des déchets menée par le ministère américain de l'énergie agace les exploitants de centrales nucléaires

Selon la loi, le Département américain de l'énergie (DOE) est tenu, depuis le 31 janvier 1998, de prendre en charge le combustible usé des centrales nucléaires pour une évacuation ultérieure.

Le DOE n'ayant pas rempli cette obligation jusqu'à ce jour, ce qui entraîne des coûts supplémentaires d'entreposage pour les centrales nucléaires, les exploitants de ces centrales ont déposé des plaintes en dommages-intérêts auprès de divers tribunaux. Une partie de ces plaintes a déjà été approuvée (Bulletin no 20/1998). A la fin du mois de février de cette année, le ministre de l'énergie Bill Richardson a proposé le marché suivant à un comité du Sénat américain: le DOE se charge du combustible usé au niveau de la forme, mais il le laisse aux endroits où il se trouve actuellement. En contrepartie, les exploitants mettraient fin à leur procédure contre le gouvernement. M. Richardson n'a donné aucune indication sur un programme définitif d'enlèvement du combustible des centrales nucléaires.
Ce recours à une ficelle juridique a été loin de soulever l'enthousiasme parmi les exploitants. "Au lieu de s'en tenir à la politique nationale de construction d'un dépôt définitif central, le DOE propose de créer 72 dépôts de l'Etat sur les sites des centrales nucléaires", a déclaré Joe Colvin, PDG du Nuclear Energy Institute, qui représente les intérêts de l'industrie nucléaire américaine. Joe Colvin craint que la politique à court terme de limitation des dégâts pratiquée par le DOE ne mette en péril les milliards de dollars déjà dépensés par les consommateurs d'électricité pour le programme de stockage définitif.

Source: 
M.S./C.P. d'après NEI Infowire du 25 février 1999