26.05.2011

Le Japon reconsidère sa stratégie énergétique

Deux mois après l'accident de Fukushima-Daiichi, le Premier ministre japonais Naoto Kan a annoncé une réorientation de la stratégie énergétique du Japon. Le nucléaire restera un «pilier» de l'approvisionnement en énergie du pays.

La part de l'électricité nucléaire est de tout juste 30% au Japon. La stratégie énergétique du pays visait jusqu'ici à porter cette part à plus de 50% à l'horizon 2030 et celle du renouvelable, à environ 20%. Ces bases ont dû être entièrement revues après l'accident de Fukushima-Daiichi, a déclaré Kan lors d'une conférence de presse donnée le 11 mai 2011. Le nucléaire et les énergies fossiles ont, jusqu'à présent, été les deux piliers de l'approvisionnement énergétique du Japon. Après l'accident de Fukushima et dans le contexte du changement climatique, le Premier ministre pense que deux autres piliers revêtiront désormais une importance décisive pour le Japon: le premier sera le renouvelable (solaire, éolien et biomasse) et le second, les économies d'énergie. «Nous devons déployer plus d'efforts dans ce domaine que par le passé», a exigé Kan.

En ce qui concerne le nucléaire, le Premier ministre a rappelé que l'essentiel consistait à garantir la sûreté. Des contrôles approfondis s'imposent pour la renforcer toujours plus. Il a annoncé la création d'un comité «chargé d'analyser les causes de l'accident de Fukushima-Daiichi de manière indépendante, ouverte et exhaustive». Ce nouveau comité ne dépendra pas de l'autorité de surveillance nucléaire. Ses conclusions seront publiées et n'aborderont pas uniquement les aspects techniques, mais encore les systèmes existants et les questions institutionnelles.

Source: 
M.A./P.V. d'après une allocution de Naoto Kan à la conférence de presse du 11 mai 2011