31.03.2016

Le projet Hinkley Point «se fera»

Hinkley Point C, en Grande-Bretagne, «se fera», a indiqué «clairement et catégoriquement» Vincent de Rivaz, CEO d’EDF Energy plc.

Une enquête spéciale portant sur l’avenir de l’énergie nucléaire en Grande-Bretagne était organisée le 23 mars 2016. La Commission de l’énergie et du changement climatique du Parlement britannique avait demandé à EDF Energy et à d’autres électriciens souhaitant construire des centrales nucléaires en Grande-Bretagne d’exprimer leur avis sur le sujet. De nombreuses questions concernant les coûts et la rentabilité du projet Hinkley Point C ainsi que le rapport prix-prestation pour les contribuables étaient en effet en suspens, a précisé le président de la commission Angus MacNeil afin de justifier l’enquête.

M. de Rivaz a déclaré devant le comité de la Commission que le projet se réaliserait, EDF bénéficiant du savoir-faire, de la chaîne d’approvisionnement et d’un partenariat de longue date avec CGN (China General Nuclear Power Group). EDF est convaincue par le projet et la technologie EPR.

Décision d’investissement attendue en mai

Interrogé par la commission sur la date butoir d’une décision d’investissement définitive concernant la construction des deux EPR, M. de Rivaz a répondu qu’il n’était pas en mesure d’indiquer une date précise. Mais le ministre français de l’Economie, Emmanuel Macron, a quant à lui avancé la date de début mai.

D’après M. de Rivaz, EDF fait actuellement en sorte de garantir la situation financière de l’ensemble du groupe pour les dix prochaines années. Il a indiqué que l’entreprise avait déjà investi 2,4 milliards de livres sterling (CHF 3,3 mia.) dans le projet Hinkley Point C, et que des investissements importants étaient sur le point d’être réalisés dans les centrales nucléaires actuelles du groupe en France, ainsi que dans le réseau et dans les projets d’outre-mer. Il a confirmé que les coûts totaux de la construction d’Hinkley Point C s’élèveraient à 18 milliards de livres (CHF 25 mia.). L’entreprise se trouve par ailleurs dans la phase finale des négociations avec son actionnaire principal, le gouvernement français, raison pour laquelle le ministre de l’Economie est en mesure de proposer une date de décision définitive pour début mai.

Un soutien plein et entier des gouvernements

«Il s’agit d’un sujet complexe», a souligné M. de Rivaz, avant d’affirmer que le projet bénéficiait du soutien plein et entier des gouvernements français et britannique. Les solutions ont été abordées entre le gouvernement français et EDF, et elles n’auront aucun impact sur les contribuables britanniques. Elles concernent le capital, les dividendes, et la cession d’actifs non stratégiques. Elles doivent permettre de garantir l’avenir d’EDF, et par là la poursuite du projet Hinkley-Point.

A la question de savoir si le contrat d’investissement conclu avec le gouvernement britannique (Contract for Difference, CfD) est équitable, M. de Rivaz a répondu qu’un recours avait été déposé contre ce contrat en Grande-Bretagne et à Bruxelles, et que celui-ci était actuellement à l’étude. Ce CfD répond au besoin de gagner de nouveaux investisseurs dans un monde dans lequel les contribuables n’interviennent pas dans la construction de centrales nucléaires.

Un CfD est un «contrat d’écart compensatoire» aux termes duquel l’investisseur a un accord avec son intermédiaire financier stipulant que la différence, gain ou perte, résultant de la transaction sera créditée ou débitée sur son compte. Concrètement, les consommateurs paieraient la différence si le prix sur le marché de la production électrique tombait en dessous d’un prix de base déterminé (prix d’exercice). En revanche, si le prix du marché dépassait celui-ci, les électriciens prendraient en charge la différence. Le contrat s’applique durant 35 ans à compter de la mise en service. Le prix de base a été fixé à 92,50 livres sterling par MWh (CHF 127,50) – soit plus du double du prix de gros actuel de l’électricité en Grande-Bretagne – et est modulé en fonction de l’inflation. Si EDF décidait de concrétiser également son second projet de nouvelle construction d’EPR – Sizewell C sur la côte est de l’Angleterre, le prix de base pour Hinkley Point C passerait à 89,50 livres par MWh (CHF 123,30 par MWh).

Source: 
M.A./C.B. d’après NucNet des 17 et 23 mars 2016