22.11.2017

Leibstadt: certains assemblages combustibles ne sont pas conformes

Au cours de la révision annuelle de l’installation, Kernkraftwerk Leibstadt AG (KKL) a découvert des assemblages combustibles qui ne répondaient pas aux spécifications imposées. L’exploitante a décidé de les remplacer. La remise en service du réacteur devrait être reportée à fin 2017.

La KKL avait annoncé une première fois le 30 octobre 2017 que 16 assemblages combustibles neufs prévus pour le prochain cycle d’exploitation devaient être remplacés étant donné qu’ils ne répondaient pas aux spécifications imposées. A ce moment-là, l’exploitante estimait pouvoir redémarrer l’installation avec un retard d’environ dix jours. Des clarifications avec le fournisseur ont révélé que d’autres assemblages combustibles étaient concernés par le défaut de conformité. La KKL a annoncé avoir décidé de remplacer également ces assemblages au cours de la prochaine révision annuelle, à titre préventif. Elle a fait part de sa décision à l’Inspection fédérale de la sécurité nucléaire (IFSN).

Le remplacement des assemblages combustibles imposera une nouvelle conception du cœur du réacteur, ainsi que le processus d’autorisation y afférent auprès de l’autorité de sûreté nucléaire. En conséquence, la KKL estime désormais que l’installation pourra être remise en service avant la fin décembre 2017.

L’IFSN a salué la décision de la KKL de remplacer les assemblages combustibles concernés à titre préventif. Elle a précisé que seule la centrale nucléaire de Leibstadt était touchée. Sur les 648 assemblages combustibles que comprend le cœur du réacteur, 22 au total ne répondent pas aux exigences définies: parmi eux, comme indiqué plus haut, 16 n’ont encore jamais été utilisés. Six ont été utilisés pendant trois à quatre cycles. Ces six assemblages correspondent à 0,045% seulement de l’ensemble des 62'000 barres de combustible présentes au total dans le cœur de la KKL.

Une erreur dans le cadre de l’assurance qualité du fabricant

L’IFSN a précisé que c’était en premier lieu le fabricant des assemblages combustibles qui était responsable de l’assurance qualité. Celui-ci est tenu de travailler conformément à un système de management certifié selon la norme ISO 9001 et se conformer à d’autres normes et réglementations en vigueur. L’autorité a expliqué que dans ce cas présent, il n’est pas question d’un défaut de fabrication au sens strict du terme, mais d’un défaut de l’assurance qualité des gaines des barres de combustible. En raison du degré élevé d’automatisation et de la complexité du système de commande de l’installation du fabricant qui en résulte, il est très difficile de découvrir un défaut qui se produit spontanément, comme ici. Cette erreur est restée cachée pendant une longue période puisque ni l’assurance qualité dans la phase de production suivante (test d’étanchéité), ni les inspections dans les centrales, ni le fonctionnement du réacteur n’ont révélé des dommages dans les assemblages combustibles. Par ailleurs, en dépit des contrôles qualité effectués sur la base d’échantillons aléatoires, ces défauts sont difficiles à détecter après la livraison à la centrale.

La KKL élabore actuellement un rapport sur l’évènement. L’IFSN étudiera ensuite celui-ci, ainsi que les mesures qu’il propose. L’autorité prévoit également d’effectuer une inspection chez le fabricant des gaines.

Source: 
M.B./C.B. d’après des communiqués de presse de la KKL du 30 octobre et du 8 novembre, et un communiqué de l’IFSN du 17 novembre 2017