10.07.2012

Les centrales nucléaires suisses résistent aux séismes

Les examens par l'Inspection fédérale de la sécurité nucléaire (IFSN) des démonstrations des exploitants ont montré que les centrales nucléaires suisses résisteraient à un grave tremblement de terre. Aucun préjudice pour l'être humain et l'environnement dû à la radioactivité ne résulterait d'un tel événement.

«Les centrales nucléaires suisses résistent à un tremblement de terre comme il s'en produit au maximum un tous les 10'000 ans». Georg Schwarz, chef de la division «centrales nucléaires», résume ainsi le résultat de l'examen par l'IFSN des démonstrations de maîtrise des séismes. Selon le communiqué de presse de l'IFSN, la protection de la population et de l'environnement face à une dose de radioactivité trop élevée est garantie. L'IFSN arrive à la conclusion que le refroidissement du cœur et le refroidissement des piscines de stockage d'éléments combustibles restent garantis sous l'effet d'un tremblement de terre comme il s'en produit au maximum un tous les 10'000 ans. Ils sont aussi parés en cas de crue due à un séisme. La limite légale de dose de radioactivité de 100 millisieverts est nettement respectée lors de ces incidents. L'IFSN résume cette information en ajoutant qu'aucun des critères de l'ordonnance de la mise hors service n'est donc atteint et que les centrales nucléaires peuvent par conséquent rester en exploitation.

Le barrage de Mühleberg résiste

Dans le cadre de la démonstration de la maîtrise de la combinaison d'un tremblement de terre et de la défaillance possible de barrages dans le rayon de la centrale nucléaire de Mühleberg en raison d'un séisme, l'exploitant a démontré que ces constructions ne défailliraient pas. Les démonstrations pour les barrages de Mühleberg, de Schiffenen et de Rossens ont été évaluées par les services compétents de l'Office fédéral de l'énergie (OFEN) et de l'Inspection fédérale de la sécurité nucléaire (IFSN). L'IFSN a de plus posé toute une série de nouvelles exigences aux centrales, sans que celles-ci remettent toutefois en question le résultat global des examens. Il est avant tout question de s'assurer que les analyses soient complètes, comme le souligne l'IFSN dans son communiqué de presse.

Les démonstrations de résistance aux séismes devront bientôt être actualisées

«Les démonstrations de maîtrise des séismes actuelles n'ont qu'une validité provisoire», souligne Georg Schwarz. Elles se basent sur des calculs intermédiaires du projet Pegasos Refinement (PRP) de mai 2011. Au terme de ce projet et de l'examen de ses résultats par l'IFSN, l'autorité de surveillance déterminera à nouveau pour chaque site le risque sismique. Les exploitants auront alors à analyser sur cette base les hypothèses de risques sismiques. Ils devront également actualiser les démonstrations de résistance aux tremblements de terre.

Source: 
D.S./T.M. d'après un communiqué de presse de l'IFSN du 9 juillet 2012