21.12.2012

Les électriciens japonais demandent l’abandon de la sortie du nucléaire

Après la nette victoire du Parti Libéral Démocrate LPD sur le Parti Démocrate au pouvoir aux élections de la chambre basse du Parlement du 16 décembre 2012, la Federation of Electric Power Companies (FEPC) demande au nouveau gouvernement de reconsidérer la sortie du nucléaire et de s’orienter vers une politique énergétique «plus réaliste».

Après les élections à la chambre basse du Parlement, le LPD dispose désormais d’une majorité des sièges et installera bientôt aussi Shinzo Abe au poste de Premier ministre. M. Abe avait déjà été Premier ministre du Japon en 2006/07. Il a notamment été reproché au Premier ministre sortant Yoshihiko Noda et à son parti, le DPJ, de ne pas avoir su faire face aux conséquences du Tsunami et à celles de l’accident de réacteur de Fukushima-Daiichi.

Dans son appel, La FEPC rappelle aussi au nouveau gouvernement que la politique énergétique nationale est décisive pour le bien-être de la population japonaise et la prospérité de son économie. Au vu de la faible quantité de ressources énergétiques autochtones disponible, il est décisif pour le Japon, dans les décisions en matière de politique énergétique, de garder dans le même temps à l’esprit les différents objectifs que sont la sécurité d’approvisionnement, l’éco-compatibilité et la rentabilité. Pour la FEPC, un mix énergétique diversifié et sûr comprend aussi l’énergie nucléaire. La FEPC est certaine que la sortie progressive du nucléaire d’ici aux années 2030, annoncée par M. Noda le 14 septembre 2012, pose le Japon face à un trop grand nombre de problèmes. Le nouveau gouvernement doit à nouveau repenser cette stratégie énergétique et l’adapter à la réalité, demande la FEPC dans un communiqué de presse.

Source: 
D.S./T.M. d’après un communiqué de presse de la FEPC du 17 décembre 2012