03.12.2013

Les matières radioactives resteraient confinées en cas de puissant séisme

Toutes les centrales nucléaires suisses ont démontré, en se basant sur les hypothèses de risque les plus récentes, que le confinement des matières radioactives serait garanti même en cas de puissant séisme. Elles remplissent ainsi une exigence supplémentaire du test de résistance de l’UE.

Après examen des démonstrations remises par les exploitants, l’Inspection fédérale de la sécurité nucléaire (IFSN) est arrivée à la conclusion que trois barrières – les éléments combustibles, le circuit primaire et l’enceinte de confinement – seraient maintenues dans toutes les centrales nucléaires même après un puissant séisme. Le confinement des substances radioactives est donc garanti. Selon l’IFSN, la centrale de Leibstadt exécutera des mesures supplémentaires jusqu’en 2014. Celles-ci visent une amélioration de la résistance sismique de la décompression filtrée de l’enceinte de confinement.

Peu après l’accident de réacteur de Fukushima-Daiichi le 11 mars 2011, l’IFSN avait exigé des centrales nucléaires suisses qu’elles prouvent que les installations résisteraient à un séisme d’une fréquence de 10’000 ans. En juillet 2012, l’IFSN a pu confirmer que les centrales résisteraient même dans le cas d’un évènement aussi rare. Il n’en résulterait aucun dommage dû aux radiations pour l’être humain et l’environnement. Il a ainsi été démontré que l’intégrité des éléments combustibles et du circuit primaire est garantie.

En outre, l’IFSN a décidé de faire analyser la résistance sismique de la troisième barrière, à savoir l’enceinte de confinement. Cette décision faisait suite à l’identification d’un point en suspens lors du test de résistance de l’Union européenne. Georg Schwarz, chef du domaine de surveillance «centrales nucléaires» et suppléant du directeur de l’IFSN, explique l’objectif de cet examen: «Nous voulions garantir que l’isolation de l’enceinte de confinement et la décompression filtrée restent fonctionnelles aussi lors d’un puissant séisme. En conséquence, il subsiste même dans ce cas une troisième barrière intacte pour le confinement de substances radioactives.»

Source: 
M.A./T.M. d’après un communiqué de presse de l’IFSN du 27 novembre 2013