09.02.2016

L’UE simplifie l’importation de denrées alimentaires en provenance du Japon

L’UE a levé les restrictions concernant l’importation de denrées alimentaires en provenance du Japon, mises en place suite à l’accident de réacteur de Fukushima-Daiichi. La Commission européenne a mis en vigueur la révision du règlement d’exécution concerné le 9 janvier 2016.

Le 24 mars 2011, la Commission européenne avait décidé de renforcer les contrôles des denrées alimentaires et des aliments pour animaux en provenance de certaines régions du Japon, dans lesquelles les produits concernés auraient pu être contaminés en raison de l’accident de réacteur de Fukushima-Daiichi. Quatre ans et demi plus tard, le comité permanent des végétaux, des animaux, des denrées alimentaires et des aliments pour animaux a validé la révision du règlement concerné. Celle-ci a été publiée au Journal officiel de l’Union européenne le 6 janvier 2016 et est entrée en vigueur trois jours plus tard.
 
Elle prévoit la fin de l’échantillonnage et de l’analyse des denrées alimentaires originaires des préfectures suivantes en ce qui concerne la présence de radioactivité:

  • Les légumes, fruits (sauf kaki), produits d’origine animale, le soja et le thé produits à Fukushima.
  • L’ensemble des denrées alimentaires produites à Aomori et à Saitama.
  • Le riz et le soja en provenance des six préfectures d’Iwate, de Miyagi, d’Ibaraki, de Tochigi, de Gunma et de Chiba.

Lors de la conférence de presse qui s’est tenue le 8 janvier 2016, le secrétaire général du cabinet japonais, Yoshihide Suga, a salué la levée des dispositions en vigueur. Il a annoncé que le Japon continuerait de convaincre la Corée du Sud et d’autres pays de lever leurs interdictions d’importation de denrées alimentaires en provenance du Japon.

Source: 
M.A./C.B. d’après le règlement d’exécution 2016/6 paru dans le Journal officiel de l’UE le 6 janvier, le Jaif du 14 janvier 2016, ainsi que le résumé de séance du 25 novembre 2015 de la Commission européenne et un communiqué de presse de la Commission européenne du 24 mars 2011