26.11.1998

Majorité des Allemands hostile à un abandon immédiat de l'énergie nucléaire

A la question sur l'avenir de l'énergie nucléaire posée mi-octobre lors d'un sondage effectué par le baromètre politique ZDF, 7% des personnes interrogées ont répondu qu'il fallait continuer à construire de nouvelles centrales nucléaires.

77% se sont déclarées favorables à la poursuite de l'utilisation des centrales nucléaires existantes, et 13% à un arrêt immédiat des installations. Parmi les 77%, 41% veulent une utilisation la plus longue possible et 33% un abandon rapide du nucléaire.
Un sondage publié dans le journal "Die Welt" du 27 novembre 1998, sondage réalisé par l'Institut Emnid à la demande de la chaîne n-tv, a abouti aux résultats suivants: une majorité de 48% est contre l'affirmation "L'abandon du nucléaire devrait en tout cas commencer dans les quatre prochaines années", tandis que 46% l'approuvent. A noter que curieusement, la plupart des opposants à un abandon rapide se trouvent dans la tranche d'âge de 18 à 24 ans (52%). Au total, 5% des personnes interrogées se sont prononcées pour une nouvelle extension de l'énergie nucléaire, 45% veulent un abandon dans les 15 prochaines années, 14% sont favorables à un abandon immédiat et 31% désirent le maintien des capacités actuelles. Les deux tiers des sondés estiment par ailleurs que le SPD et les Verts n'ont pas de concept concluant sur la manière dont l'approvisionnement en électricité de l'Allemagne pourra être assuré après la suppression du courant atomique. 79% craignent une augmentation des prix de l'électricité, et 64% voient le danger qu'étant donné la nécessité d'acheter du courant à l'étranger, l'Allemagne devienne encore plus dépendante de fournisseurs des pays voisins.

Source: 
M.K./C.P. d'après un communiqué de presse du baromètre politique ZDF du 16 octobre et "Die Welt" du 27 novembre 1998