15.09.2011

Nouvelle stratégie énergétique pour le Japon

Yoshihiko Noda, nouveau Premier ministre du Japon, a annoncé l'élaboration d'une nouvelle stratégie énergétique lors d'un discours qu'il a tenu devant le Kokkai – les deux Chambres du Parlement. Cette stratégie vise un mix énergétique à moyen et à long terme qui puisse garantir la sécurité de l'approvisionnement, satisfaire aux impératifs de la rentabilité et tenir compte de l'opinion des divers groupes de la population.

Dans un discours qu'il a tenu le 13 septembre 2011devant la Diète nationale, le nouveau Premier ministre japonais a annoncé que le gouvernement souhaitait soumettre au Parlement des propositions visant à assurer progressivement la reconstruction du pays et à donner un coup de fouet à l'économie après le séisme et le tsunami du 11 mars 2011, et cela sur fond de la crise financière mondiale. Une nouvelle politique énergétique constitue un premier pas dans cette direction. «Sans un approvisionnement stable en électricité – pivot de l'économie et de la société –, le fondement du bien-être des Japonais risque de devenir instable à son tour», a prévenu Noda. Afin de pouvoir mettre en œuvre des mesures d'économie d'énergie, le gouvernement agira aussi bien du côté de l'offre que de la demande. Noda souhaite revoir de fond en comble la stratégie énergétique actuelle et présenter à cette fin un nouveau concept d'ici l'été 2012.

Pas de sortie du nucléaire

Noda a déclaré que la pensée en noir et blanc était contre-productive, au même titre qu'un abandon total du nucléaire. Les centrales nucléaires dont la sécurité a été contrôlée et confirmée devraient être reconnectées au réseau. Il a cependant ajouté qu'«à moyen et à long terme, nous devrons réduire autant que possible notre dépendance du nucléaire». Noda a par ailleurs confirmé que la nouvelle autorité de surveillance nucléaire serait désormais subordonnée au ministère de l'Environnement.

Précédemment ministre des Finances, Noda a été hissé début septembre 2011 au poste de Premier ministre suite à la démission de Naoto Kan. Avant cela, le second tour pour la présidence du parti démocratique au pouvoir avait fait pencher la balance en faveur de Noda. Or au Japon, le chef du parti gouvernemental devient traditionnellement Premier ministre.

Source: 
M.A./P.V. d'après le gouvernement japonais, discours de Yoshihiko Noda du 13 septembre 2011