07.11.2017

Une délégation tchèque rencontre des fournisseurs américains

Une délégation de hauts fonctionnaires tchèques s’est entretenue avec des fournisseurs américains afin d’aborder les projets de nouvelles constructions tchèques. 

La République tchèque prévoit de remplacer d’ici 2035 les tranches Dukovany 1 à 4 ainsi que les centrales à charbon du pays par deux nouveaux réacteurs nucléaires. Une délégation de hauts fonctionnaires tchèques – menée par Lenka Kovacovska, vice-ministre de l’Industrie et du Commerce, et Jan Stuller, en charge des affaires nucléaire au ministère – s’est entretenue avec des représentants de l’industrie nucléaire américaine afin d’aborder ces projets.
 
Six tranches nucléaires sont actuellement en exploitation en République tchèque: quatre du type VVER-440 sur le site de Dukovany et deux VVER-1000 sur le site de Temelin. M. Stuller a expliqué que la désaffectation des tranches à Dukovany serait lancée en 2035. D’ici là, la capacité nucléaire du site sera portée à environ 2500 MW. L’objectif du pays est d’avoir remplacé à l’horizon 2040 la moitié de la production d’électricité issue du charbon et du nucléaire, dont les installations sont vieillissantes, par de la production nucléaire. Cela impliquera la construction d’au moins quatre tranches 1000 MW, a indiqué M. Stuller. La stratégie énergétique tchèque 2015 prévoit par ailleurs une nouvelle tranche à Dukovany et, dans la mesure du possible, trois autres soit à Dukovany soit à Temelin. M. Stuller a précisé que l’étude d’impact environnemental pour la construction à Dukovany avait été commencée en juin 2016. Elle devrait être achevée en 2018. Les travaux de construction d’une cinquième et d’une sixième tranches à Dukovany devraient, quant à eux, être lancés en 2027.

En juillet 2016, l’électricien tchèque Skupina CEZ a.s. avait invité dix fabricants de réacteurs à répondre à sa demande d’informations. La coentreprise Areva-Mitsubishi Atmea, China General Nuclear Power Corporation, Electricité de France (EDF), Korea Hydro & Nuclear Power (KHNP), l’entreprise russe Rosatom, et l’Américaine Westinghouse Electric Company ont entre-temps eux aussi manifesté leur intérêt. D’après M. Štuller, le financement des projets prévus n’a pas encore été établi mais le ministère de l’Energie étudie actuellement la possibilité que le gouvernement finance CEZ à 100%.

Des élections législatives se sont tenues les 20 et 21 octobre 2017 en République tchèque. Mme Kovacovska a déclaré que son ministère soumettrait au nouveau gouvernement différents scénarios de financement et de gestion à titre d’aide d’orientation pour les constructions en projet. «A l’heure actuelle, nous n’excluons aucune option», a-t-elle déclaré.

Source: 
M.A./C.B. d’après un communiqué de presse du NEI du 2 novembre, et NucNet du 3 novembre 2017