18.08.2017

Virgil C. Summer 2 et 3: SCE&G retire sa demande concernant l’arrêt du projet

South Carolina Electric & Gas Company (SCE&G) a retiré temporairement la demande selon laquelle elle souhaitait renoncer à l’achèvement des tranches nucléaires Virgil C. Summer 2 et 3. Cela donnera le temps suffisant à l’Etat de Caroline du Sud pour étudier l’avenir du projet. 

Après avoir décidé de mettre un terme au projet Virgil C. Summer, SCE&G – une filiale de Scana Corporation –, a rencontré les parties intéressées. Celles-ci ont critiqué la décision de ne pas achever l’installation et ont reproché à l’entreprise de répercuter les coûts associés sur les contribuables. Puis, SCE&G a annoncé avoir retiré la demande remise à la Public Service Commission of South Carolina. Le gouvernement dispose désormais du temps nécessaire pour prendre position sur l’avenir des tranches nucléaires Virgil C. Summer 2 et 3, a indiqué Scana.

«Depuis que nous avons annoncé notre volonté de ne pas mener le projet à son terme, nous avons rencontré plusieurs membres du gouvernement et les partis intéressés», a déclaré Kevin Marsh, Chairman et CEO de Scana. «Abandonner le projet n’est pas ce que nous voulons. Mais au vu des impacts de la mise en faillite de Westinghouse Electric Company LLC sur le contrat de construction à prix fixe des tranches Summer 2 et 3, des résultats de l’analyse des coûts et du calendrier du projet, et de la décision de Santee Coopers d’interrompre les travaux, le fait de renoncer à l’achèvement des installations nous semble être une décision prudente. Le retrait de la demande répond aux inquiétudes des parties intéressées et permet au gouvernement de prendre le temps d’étudier l’avenir du projet.

Santee Cooper avait annoncé fin juillet 2017 une interruption des travaux. Elle possède une part de 45% dans les deux installations officiellement en construction depuis mars et novembre 2013. SCE&G en possède pour sa part 55%.

Marsh: poursuivre le projet s’annonce «très compliqué»

Le 16 août, M. Marsh a présenté dans le cadre d’une conférence téléphonique pour les analystes les conditions qui doivent être remplies pour que la poursuite du projet puisse être envisagée. Ainsi, il convient de trouver un partenaire de remplacement à Santee Cooper. Un nouvel accord de partenariat devra également indiquer les parts possédées par chaque partie et si la poursuite des travaux de construction concerne une ou deux tranches. Un nouveau contrat de construction avec l’entreprise chargée des travaux devra donc être négocié. Westinghouse Electric Company LLC devrait de nouveau être impliquée dans le processus, cette fois en tant que développeur de réacteur. Une fois que tout cela aura été effectué, PSC procèdera à une nouvelle évaluation du projet. Mais le problème des coûts ne sera pas résolu pour autant, a fait comprendre M. Marsh, qui a rappelé que les incertitudes liées aux coûts avaient été précisément une des raisons pour lesquelles Scana avait dû renoncer à l’achèvement de la construction. Par ailleurs, l’interruption de celle-ci s’accompagne elle aussi de coûts supplémentaires. M. Marsh estime qu’une année de plus, au moins, sera nécessaire pour faire marche arrière.

Source: 
M.A./C.B. d’après un communiqué de presse de Scana du 15 août, et une conférence téléphonique pour les analystes du 16 août 2017