02.03.16

Fukushima: La situation revient progressivement à la normale

Rapport actualisé sur l’état d’avancement à Fukushima du Forum nucléaire suisse
Cinq ans après l’accident, les travaux de déblaiement ont avancé à la centrale nucléaire de Fukushima-Daiichi. L’installation ne rejette quasiment plus aucune substance radioactive dans l’atmosphère. Le retour de la population est progressivement autorisé dans les diffé-rents secteurs de la zone évacuée. A ce jour, aucun décès ni aucune maladie dus aux ra-diations n’ont été enregistrés, et aucune conséquence pour la santé n’est attendue à l’avenir également. Telles sont les conclusions du rapport actualisé sur l’état d’avancement à Fukushima, disponible sur le site internet du Forum nucléaire suisse.

Cinq ans après l’accident qui a frappé la centrale nucléaire japonaise de Fukushima-Daiichi, les travaux de remise en état se poursuivent. Ils se concentrent actuellement sur la construction des infrastructures en vue du retour de la population, le retrait du combustible intact, la gestion de l’eau contaminée présente dans l’installation, et l’entreposage contrôlé des matières radioactives issues des travaux de décontamination dans les régions touchées. Des avancées ont été réalisées dans tous les domaines. Ainsi, tous les assemblages combustibles présents dans la tranche 4 sont désormais stockés en lieu sûr. De nouvelles installations permettent désormais de purifier les eaux souterraines qui pénètrent chaque jour dans l’installation. Un mur de protection en acier empêche que l’eau fortement contaminée ne rejoigne la mer.
 
Un centre d’entraînement pour l’équipe de football nationale
La région autour de la ville de Naraha, au sud de la zone évacuée, est de nouveau autorisée depuis septembre 2015. Fin janvier 2016, l’association japonaise de football a décidé de réintégrer le centre sportif «J-Village» situé à 20 kilomètres au sud de Fukushima-Daiichi et destiné aux équipes nationales masculine et féminine, en vue des Jeux olympiques de Tokyo de 2020.

Fin janvier 2015, une ligne de bus qui traverse la zone évacuée a également été rétablie. Et début mars 2015, le dernier tronçon de la nouvelle autoroute Joban a été mis en service; il traverse également la zone évacuée. Cette route est accessible au public sans autorisation. Et concernant les produits agricoles et les poissons en provenance de la région, les cas de dépassement des valeurs limites, très strictes, en vigueur au Japon sont désormais rares. En janvier 2016, l’UE a d’ailleurs levé de nombreuses restrictions concernant l’importation de denrées alimentaires en provenance de la région accidentée.
 
Aucune dose de rayonnement nocive
Le rayonnement radioactif émis par la centrale nucléaire se situe sensiblement en dessous du rayonnement naturel présent au Japon. Jusqu’à ce jour, aucun dommage sur la santé dû au rayonnement n’a été constaté, que cela concerne les membres de l’équipe d’urgence qui sont intervenus au début de l’accident ou le personnel chargé des travaux de remise en état actuels.

De même, aucune dose nocive n’a été enregistrée chez les habitants de la zone évacuée et des environs. Les experts internationaux ne s’attendent pas non plus à une augmentation perceptible des maladies liées au rayonnement, l’exposition au rayonnement en raison de l’accident étant minime.

Vous trouverez le rapport actualisé sous http://www.nuklearforum.ch/fr/faits-et-chiffres/dossiers

Contact: 

Michael Schorer, chef de la communication
Forum nucléaire suisse, case postale 1021, 3000 Berne 14
Tél.: 031 560 36 50, E-mail: michael.schorer@nuklearforum.ch