20.11.13

La mise à l’arrêt anticipée des centrales nucléaires suisses pour des raisons de sécurité n’est pas justifiée

Une fois de plus, Greenpeace Suisse demande l’arrêt anticipé des centrales nucléaires suisses. Or du point de vue de la sécurité, rien ne justifierait une telle décision. Les normes de sécurité auxquelles répondent les centrales nucléaires suisses font partie des plus contraignantes au monde, et la sécurité de nos installations a même fait l’objet d’une amélioration constante depuis leur construction. Combinée à l’électricité d’origines hydraulique et renouvelable, l’électricité nucléaire produite en Suisse est aujourd’hui la garante d’un mix électrique suisse respectueux de l’environnement et capable de couvrir les besoins de la population.

Dans son étude «Energy [R]evolution» publiée aujourd’hui, Greenpeace Suisse demande entre autres une limitation à 40 ans de la durée d’exploitation des centrales nucléaires pour des raisons de sécurité. Le Forum nucléaire suisse insiste: rien sur le plan de la sécurité ne justifie une mise à l’arrêt anticipée des centrales nucléaires suisses. Opinion à laquelle se rallient à la fois l’Inspection fédérale de la sécurité nucléaire (IFSN), le Conseil fédéral et les autorités de l’UE. Qu’on se le dise: les centrales nucléaires suisses sont sûres.

Par ailleurs, grâce notamment à une mise à niveau constante et à l’intégration des expériences internationales, la sécurité des centrales nucléaires suisses a même fait l’objet d’une amélioration constante depuis leur construction. Cette culture sécuritaire prudente permet à nos installations de remplir des exigences de sécurité de plus en plus élevées. Et dans de nombreux domaines, leur niveau de sécurité est même supérieur aux normes internationales, comme l’ont attesté les examens effectués suite à l’accident de réacteur de Fukushima. Après celui-ci, la Suisse s’est d’ailleurs volontairement soumise aux tests de résistance de l’UE et a obtenu de très bons résultats en comparaison européenne.

Une production d’électricité indigène respectueuse de l’environnement

Le Forum nucléaire suisse et Greenpeace s’accordent cependant sur le fait qu’il est primordial de réduire les émissions de gaz à effet de serre du secteur énergétique. Le mix électrique suisse est d’ores et déjà quasiment neutre en CO2. Quelque 40% de l’électricité produite en Suisse est d’origine nucléaire et environ 55% est d’origine hydraulique. Les 5% restants proviennent en grande partie des usines d’incinération des ordures ménagères et des énergies renouvelables. La Suisse mise ainsi sur les technologies les plus propres qui soient dans le cadre de sa production d’électricité. Telles sont les conclusion des calculs effectués par l’Institut Paul-Scherrer (PSI) relatifs aux émissions de gaz à effet de serre de différents agents énergétiques tout au long de leur durée de vie, soit de l’extraction des matières premières à la gestion des déchets (voir graphique page suivante). On pourrait également citer dans les avantages de l’énergie nucléaire la densité énergétique élevée de celle-ci, qui conduit à un besoin réduit en matières premières, et sa grande disponibilité.

Contrairement à Greenpeace, plusieurs écologistes éminents ont reconnu les points forts de l’énergie nucléaire. C’est le cas notamment de Patrick Moore, co-fondateur de Greenpeace et autrefois farouche opposant à l’énergie nucléaire, qui a écrit dans le Bulletin de l’Agence internationale de l’énergie atomique AIEA, en 2006: «J’ai changé d’avis car l’énergie nucléaire est la seule source d’énergie non émettrice de gaz à effet de serre capable de remplacer les combustibles fossiles et de couvrir l’augmentation des besoins énergétiques mondiaux. L’ensemble des centrales nucléaires du monde entier évitent le rejet de près de 3 milliards de tonnes de CO2 par an, ce qui correspond aux gaz émis par plus de 428 millions d’automobiles.»

Le Forum nucléaire suisse recommande ici le documentaire américain «Pandora’s Promise», consacré aux militants écologistes qui ont opéré la même volte-face que M. Moore. Il sera disponible sur iTunes sous iTunes.com/PandorasPromise le 3 décembre 2013.

Graphique: Emissions de gaz à effet de serre de différents agents énergétiques, données de l’Institut Paul-Scherrer

Contact:

Beat Bechtold
Secrétaire général
Forum nucléaire suisse
Tél.: 031 560 36 50   E-mail: beat.bechtold@nuklearforum.ch