22.11.16

La sortie du nucléaire, une exception mondiale

Dans son communiqué de presse d’hier, la Fondation suisse de l’énergie (SES) indi-quait qu’à l’exception de la Suisse, le nucléaire était globalement boudé dans le monde. Cette affirmation de l’organisation anti-nucléaire est fausse, comme le mon-trent les faits ainsi que les scénarios des organisations internationales actives dans le domaine énergétique.

Sous le titre racoleur «World Nuclear Industry Status Report 2016», le militant anti-nucléaire allemand Mycle Schneider et la Fondation suisse de l’énergie ont diffusé des informations erronées sur l’évolution du nucléaire dans le monde. Au regard du vote à venir sur l’initiative de sortie du nucléaire, ils sont arrivés à la conclusion que la Suisse suivait «la tendance» en voulant sortir du nucléaire.
Or voici les faits:
–   Le scénario de référence du «World Energy Outlook 2016», publié récemment par l’Agence internationale de l’énergie (AIE) de l’OCDE, prévoit que la production d’électricité nucléaire dans le monde sera multipliée par deux d’ici 2040. Et selon le scénario d’atteinte des objectifs de la Conférence de Paris sur le climat, cette augmentation sera en réalité bien plus importante.
–   En octobre 2016, le Conseil mondial de l’énergie (CME) a actualisé ses scénarios concernant l’horizon 2060, en collaboration avec l’Institut Paul-Scherrer (domaine de l’EPF). Tous prévoient une augmentation de la production d’électricité issue des énergies renouvelables mais aussi issue du nucléaire: cette dernière serait multipliée par 1,5 par rapport à aujourd’hui selon le scénario axé sur le marché, et quasiment par trois selon le scénario le plus favorable pour l’environnement.
–   Malgré le grave accident de Fukushima, presque tous les pays utilisant le nucléaire ont décidé de continuer à recourir à cette technologie respectueuse de l’environnement. Les pays sortants sont l’Allemagne, la Belgique, la Suisse, peut-être l’Espagne et depuis peu Taïwan. A l’inverse, les Emirats arabes unis et la Biélorussie sont les nouveaux pays entrants. Au total, six centrales nucléaires modernes sont en construction dans les deux pays.
–   60 centrales sont en construction dans le monde. Depuis début 2015, 17 centrales ont été mises en service commercial et 11 nouveaux projets ont été lancés.
–   Quatre centrales de dernière conception sont en construction aux Etats-Unis. La Grande-Bretagne a décidé de son côté de remplacer son parc nucléaire vieillissant par des installations de dernière génération.
–   La Chine, l’Inde et la Russie mènent des projets nucléaires ambitieux. L’utilisation de l’énergie nucléaire est par ailleurs encouragée en Afrique du Sud, en Argentine, en Corée du Sud, en Finlande, en France, en Hongrie, au Pakistan, en Pologne, en Roumanie, en Slovaquie et en Turquie.
–   A l’échelle internationale, la technologie nucléaire est développée de manière intensive. Deux petits réacteurs à haute température à lit de boulets sont actuellement en construction en Chine. Cette conception innovante du point de vue de ses caractéristiques de sécurité (fusion du cœur impossible en raison des propriétés physiques), tout droit venue d’Allemagne, offre un potentiel colossal.
Conclusion: La sortie du nucléaire n’est absolument pas une tendance mondiale. Tous les indicateurs montrent que l’énergie nucléaire est une technologie d’avenir en raison de son faible impact environnemental.
 

Contact: 

Michael Schorer, chef de la communication
Forum nucléaire suisse, case postale 1021, 3000 Berne 14
Tél.: 031 560 36 50    E-mail: michael.schorer@nuklearforum.ch