07.05.14

La Suisse sacrée leader mondiale de l’approvisionnement énergétique durable

D’après le Conseil Mondial de l’Energie, la Suisse possède l’approvisionnement énergétique le plus durable au monde. Cela est dû en grande partie à notre mix électrique particulièrement pauvre en carbone. Un soutien financier important pour les énergies renouvelables n'aurait en revanche aucun bénéfice pour l'environnement et le climat.

Dans son communiqué de presse du 7 mai 2014, la Fondation Suisse de l’Energie déplore la faible quantité de courant d’origines solaire et éolienne produite en Suisse. Mais cela n’empêche pas la Suisse d’être la leader mondiale de l’approvisionnement énergétique durable. En 2013, l’«Energy Sustainability Index» du Conseil Mondial de l’Energie (World Energy Council, WEC) la plaçait ainsi en première place. Principale raison à cela: un mix électrique quasiment exempt de CO2. Quelque 40% de l’électricité produite en Suisse est d’origine nucléaire et 55% d’origine hydraulique. Les 5% restants proviennent en grande partie des usines d’incinération des ordures ménagères et des énergies renouvelables. La Suisse mise ainsi sur les technologies les plus propres qui soient dans le cadre de sa production d’électricité, comme l’attestent des calculs effectués par l’Institut Paul-Scherrer (PSI) relatifs aux émissions de gaz à effet de serre de différents agents énergétiques tout au long de leur durée de vie, soit de l’extraction des matières premières à la gestion des déchets (voir graphique).

L’exemple de l’Allemagne témoigne de l’inefficacité d’un soutien financier aux énergies renouvelables, celui-ci ayant surtout pour conséquences de tirer les prix vers le haut sans pour autant être vraiment bénéfique pour le climat et l’environnement. Certes cet encouragement a permis à notre voisin d’outre-Rhin de porter la part des énergies renouvelables, hydraulique compris, à près d’un quart de son approvisionnement électrique. Mais dans un même temps, l’Allemagne a dû relancer la construction de centrales à charbon afin de couvrir la charge de base, le courant d’origines solaire et éolienne étant dépendant des conditions météorologiques et difficilement planifiable. Ainsi, en dépit des frais colossaux engagés ces dernières années, cette stratégie s’est soldée non pas par une réduction des émissions de CO2 mais par une augmentation de celles-ci.

La combinaison hydraulique/nucléaire, à la fois adaptée au besoin et respectueuse de l’environnement, constitue l’épine dorsale de notre production d’électricité depuis des décennies. Grâce à elle, la Suisse s’en sort parfaitement, et ni l’énergie solaire, ni l’énergie éolienne ne peuvent remplacer l’énergie nucléaire.

Contact: 

Michael Schorer
Responsable Communication
Forum nucléaire suisse, Konsumstr. 20, Berne
Tél.: 031 560 36 50    E-mail: michael.schorer@nuklearforum.ch