28.09.11

Quel avenir pour la politique énergétique?

La décision sur la sortie du nucléaire doit revenir au peuple
Le 28 septembre 2011, le Conseil des Etats s’est lui aussi prononcé, après le Conseil fédéral et le Conseil national, pour une sortie du nucléaire en Suisse. Toutefois la messe n’est de loin pas dite. Le Forum nucléaire Suisse souhaite qu’à l’avenir les discussions à ce sujet soient de nouveau plus objectives. Il espère également que le peuple puisse finalement se prononcer sur la future politique énergétique. Alors que les centrales nucléaires suisses sont parmi les plus sûres au monde, la nouvelle stratégie énergétique du Conseil fédéral mise sur des pronostics incertains et des mesures draconiennes.

Conformément aux plans du monde politique, un développement radical des énergies renouvelables, couplé à d’importantes mesures d’économie, devrait permettre de se passer de l’énergie nucléaire à l’avenir. On peut se demander dans quelle mesure ces plans ambitieux sont réalisables. Le Conseil fédéral voit des solutions de substitution dans les centrales à gaz ou les importations d’électricité. Or ces deux options augmenteraient fortement notre dépendance à l’égard de l’étranger. La mise en œuvre au niveau politique des mesures censées réduire notre consommation d’électricité est tout aussi incertaine. Pour la conversion de la production énergétique, le Conseil fédéral envisage des subventions et des taxes d’incitation. Le Conseil national a quant à lui refusé de telles mesures le 19 septembre 2011. Le Conseil des Etats reste malgré tout lui aussi fidèle aux plans d’abandon du nucléaire. Le débat sur la future politique énergétique n’en est pas pour autant clos. Le Forum nucléaire suisse souhaite que ce débat puisse à nouveau reposer davantage sur des faits concrets et moins sur des émotions et des intérêts des partis politiques. En outre, une décision aussi grave que celle de l’abandon du nucléaire ne peut être prise sans que la population ne soit consultée.

La Suisse est en tête du peloton des pays où les mesures en matière de sécurité nucléaire sont les plus sévères. Les centrales actuellement exploitées en Suisse ont été complètement rééquipées, contrairement aux réacteurs de Fukushima-Daiichi. Les dispositifs de protection contre les tremblements de terre et les inondations présentent des marges de sécurité élevées. Notre culture en matière de sécurité et nos plans en cas d’urgence ne sont pas non plus comparables à la situation au Japon. Depuis l’accident de mars, de nombreuses délégations japonaises sont venues en Suisse s’informer de la sécurité nucléaire.

Dans divers pays, des réacteurs encore plus modernes sont aujourd’hui déjà construits ou planifiés. Ces systèmes ultramodernes sont si bien conçus qu’ils satisfont aux exigences de sécurité les plus élevées. Se fermer à cette option est irresponsable et risqué au vu des besoins croissants en énergie et des changements climatiques.

Avec le mix énergétique actuel composé d’énergie nucléaire et d’énergies renouvelables, la Suisse a très bien fonctionné. Le Forum nucléaire Suisse ne voit aucune raison d’y changer quoi que ce soit. Les centrales nucléaires suisses produisent environ 40 pour cent de l’électricité du pays de manière fiable, écologique et sûre.

Contact: 

Matthias Rey
Media Relations Forum nucléaire suisse
Tel.: 031 560 36 50
E-Mail: matthias.rey@forumnucleaire.ch