09.10.2019

Gestion des déchets: la Croatie et la Slovénie ne parviennent pas à s’entendre

La commission croato-slovène en charge de la centrale nucléaire commune de Krško, en Slovénie, n’est pas parvenue à élaborer une base pour la construction d’un dépôt final commun de déchets radioactifs à Vrbina, près de Krško.

«À ce jour, aucun consensus n'a été trouvé concernant une solution commune, mais nous restons ouvert à la discussion avec la Croatie, en vertu de l’accord qui unit nos deux pays», a déclaré devant les médias locaux la ministre slovène de l’Infrastructure, Alenka Bratušek, après la rencontre. Le gouvernement slovène a déclaré que les deux partis devraient parvenir à s’entendre sur l'adoption de la dernière révision (la troisième) du programme de désaffectation et de gestion des déchets, d’ici la prochaine rencontre. Le ministère croate de l’Énergie a indiqué dans une déclaration qu'un dépôt final commun devra couvrir tous les types de déchets afin que la Croatie ne soit pas contrainte de construire un dépôt destiné aux déchets nucléaires médicaux et radioactifs sur son sol.

La prochaine séance de la commission bilatérale aura lieu en décembre ou début janvier, a précisé le ministère croate. Selon lui, le document est la «clé» de l’achèvement futur d’un accord bilatéral entre la Slovénie et la Croatie sur la question du dépôt final commun de déchets radioactifs.

La centrale nucléaire de Krško (PWR, 688 MW) se trouve sur le territoire slovène, à environ 10 km de la frontière croate. Elle a été mise en service commercial en 1983. Depuis 2001, la centrale appartient pour moitié à la Slovénie et pour moitié à la Croatie. L'électricité produite est donc divisée en deux. Elle couvre environ 35% du besoin en électricité slovène et 20% du besoin croate. Krško fonctionnera jusqu’en 2043.

Source: 
M.A./C.B. d'après des communiqués de presse du ministère croate de l’Environnement et de l’Énergie et du ministère slovène de l’Infrastructure, du 30 septembre 2019