12.01.2018

IFSN: remise du rapport national suisse sur la gestion du vieillissement à l’Ensreg

Dans le cadre d’une évaluation internationale de la gestion du vieillissement dans les centrales nucléaires, l’Inspection fédérale de la sécurité nucléaire (IFSN) est arrivée à la conclusion qu’en Suisse, les conditions sont réunies pour assurer une gestion systématique du vieillissement. Ainsi, les dommages dus au vieillissement sont identifiés de façon précoce et des mesures correctives peuvent être implémentées. L’IFSN a rédigé le rapport national pour la Suisse et l’a remis fin 2017 à l’European Nuclear Safety Regulator Group ENSREG. Elle a aussi identifié des potentiels d’amélioration.

Dans son rapport national sur le vieillissement s’inscrivant dans la revue par les pairs (Topical-Peer-Review), l’IFSN arrive à la conclusion que les conditions régulatoires (directives, lois et organisations) sont présentes et adéquates pour assurer en Suisse une gestion systématique du vieillissement. Les exigences de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), ainsi que de la Western European Nuclear Regulators Association (WENRA), seront appliquées en Suisse. En outre, les rapports annuels des exploitants montrent que la surveillance du vieillissement dans les centrales nucléaires suisses est réalisée en suivant les prescriptions, et est constamment tenue à jour. Dans son rapport envoyé à l’ENSREG, l’IFSN a complété la liste des bonnes pratiques.

Dans le cadre de l’évaluation, l’IFSN a identifié les domaines porteurs d’un potentiel d’amélioration. Une poursuite de l’harmonisation des comptes rendus entre les centrales nucléaires suisses est nécessaire. Cela concerne en particulier le résumé des fiches de renseignement, l’évaluation de l’expérience opérationnelle internationale, et l’estimation de l’efficacité de la surveillance du vieillissement. Par ailleurs, dans le cadre de ses activités de surveillance, l’IFSN va approfondir et vérifier le contrôle du vieillissement des tuyaux non-accessibles. Il s’agira en particulier de s’assurer que toutes les conduites importantes du point de vue de la sécurité sont cataloguées comme telles et prises en charge par un programme adéquat de maintenance et d’évaluation. Enfin, l’IFSN a exigé la surveillance d’éléments de construction qui ne sont pas, ou seulement difficilement, accessibles. Jusqu’à présent, ce type de méthode n’avait pourtant jamais été employé. Aucune documentation fiable n’existe encore qui puisse permettre d’estimer l’état des éléments du génie civil non accessibles. Lors de ses inspections futures, l’IFSN va exiger davantage d’examens de cette sorte.

Un cadre pour la surveillance du vieillissement défini depuis 1991

Un cadre légal concernant la surveillance du vieillissement dans les centrales nucléaire existe en Suisse déjà depuis 1991. La signification particulière que revêt cette thématique a été encore soulignée par une ordonnance correspondante émise en 2008 par le Département fédéral de l’environnement, des transports, de l’énergie et de la communication (DETEC), indique l’IFSN. Selon cette ordonnance, une centrale nucléaire doit être mise provisoirement à l’arrêt si des dommages excessifs dus au vieillissement sont observés à l’une des barrières de sécurité (cuve du réacteur, circuit primaire, enceinte de confinement et bâtiment du réacteur).

Examen international des rapports nationaux

L’examen de la gestion du vieillissement dans les centrales nucléaires s’inscrit dans le cadre de la Topical-Peer-Reviews 2017 de l’ENSREG. Dans cet examen, tous les pays participants procèdent tout d’abord à une évaluation de leurs centrales nucléaires du point de vue du vieillissement. Dans un deuxième temps, tous ces participants, ainsi que la Commission européenne, participent à une revue par les pairs de ces rapports. Finalement, chaque pays définit des mesures à partir de cet examen.

Source: 
M.B./C.B. d’après un communiqué de presse de l’IFSN du 5 janvier 2018