23.12.2019

La centrale nucléaire de Mühleberg cesse son fonctionnement de puissance

Après 47 années de fonctionnement, BKW a définitivement arrêté le réacteur de la KKM le 20 décembre 2019 à 12h30. Durant cette période, l’installation a fourni environ 5% du courant suisse de manière fiable et respectueuse du climat. Les travaux de démantèlement ont débuté le 6 janvier 2020.

Durant 47 ans, BKW a exploité la centrale nucléaire de Mühleberg de manière sûre et fiable. Depuis la mise en service de l’installation, le 6 novembre 1972, celle-ci a produit environ 130 milliards de kilowattheures d’électricité, ce qui correspond à la consommation actuelle d’une ville de la taille de Berne durant plus d'un siècle. La disponibilité élevée de l’installation, de plus de 90%, a joué un rôle majeur. Par ailleurs, BKW a investi de manière continue dans le rééquipement et la sécurité de l’installation. Ainsi, à la fin de son exploitation, la KKM présentait l’état de la technique le plus élevé de son histoire.

La désaffectation est en cours

Le 30 octobre 2013, BKW a décidé de désaffecter la tranche nucléaire de Mühleberg d’ici fin 2019. L’entreprise avait remis la demande de désaffectation correspondante au Département fédéral de l’environnement, des transports, de l'énergie et de la communication (DETEC) en décembre 2015. Celui-ci avait alors délivré l’autorisation de désaffectation correspondante mi-2018. L’inspection fédérale de la sécurité nucléaire (IFSN) avait de son côté approuvé l’établissement de la post-exploitation technique. Les travaux en vue de démantèlement de l’installation ont ainsi pu commencer le 6 janvier 2020.

La désaffectation de la KKM durera environ 15 ans et devrait être achevée en 2034. Comme cela était le cas lors du fonctionnement de puissance, la sécurité de la population et des collaborateurs de la KKM, et le respect de l’environnement restent au cœur des préoccupations. BKW procèdera à la désaffectation de l’installation en s’appuyant essentiellement sur ses propres collaborateurs, lesquels disposent d'un savoir-faire précieux et de connaissances approfondies de l’installation. L’entreprise sollicitera le soutien de spécialistes et de prestataires externes bénéficiant d’une expérience internationale dans la désaffectation de centrales nucléaires pour les travaux hautement spécialisés. Les missions principales ont déjà été mandatées, ce qui permet de garantir les prestations de tiers.

De même, le financement de la désaffectation et de la gestion des déchets radioactifs est lui aussi garanti. BKW assumera la totalité des coûts associés. Elle s’est déjà acquittée des montants correspondants, a constitué des provisions et continue à verser des contributions dans le fonds de désaffectation et dans le fonds de gestion, placés sous la surveillance de la Confédération. Selon l’étude de coûts 2016, les coûts associés à la désaffectation et à la gestion des déchets de Mühleberg s’établiront au total à 3 milliards de francs, dont 80% sont déjà couverts. D'après BKW, les 20% restants devront être verseés avant 2126 et seront couverts par de nouvelles contributions aux fonds et par les rendements des placements.

Swissnuclear regrette l’arrêt de la centrale nucléaire de Mühleberg

Swissnuclear, l’association professionnelle des exploitants des centrales nucléaires suisses, a qualifié de «perte pour la Suisse» l’arrêt de la centrale nucléaire de Mühleberg dans un communiqué de presse. Durant plus de 47 ans, l’installation a en effet fourni de l’électricité de manière fiable et presque sans dérangement. Grâce à des travaux de modernisation et de rééquipement continus, l’installation est aujourd'hui plus sûre que jamais. En hiver notamment, elle a contribué de manière déterminante à la sécurité de l’approvisionnement électrique de la Suisse romande et du canton de Berne. Swissnuclear estime que sans Mühleberg, la dépendance de la Suisse vis-à-vis des importations d'électricité de l'étranger augmentera, de même que toutes les incertitudes associées. Et il n’est pas certain du tout que le courant importé sera autant respectueux du climat que celui qui était produit à Mühleberg.

Source: 
M.A./C.B. d’après un communiqué de presse de swissnuclear du 20 décembre 2019