29.07.2020

Russie: le premier rechargement complet de combustible mox destiné à la tranche Beloïarsk 4 a été fabriqué

La Russie a fabriqué le premier rechargement complet de combustible mox (Mélange d'OXyde de plutonium et d'OXyde d'uranium) destiné à une utilisation commerciale dans le surgénérateur (FBR) du type BN-800 – Beloïarsk 4.

Le Mining and Chemical Combine à Jeleznogorsk, dans la région de Krasnoïarsk, a fabriqué le premier rechargement complet de combustible mox destiné à la tranche Beloïarsk 4. Les 169 assemblages combustibles ont été autorisés par Rosenergoatom – exploitante de l’ensemble des centrales nucléaires russes – et devraient pouvoir être placés dans le cœur du réacteur en janvier 2021.

Beloïarsk 4 avait été mise en service en octobre 2016 avec un cœur hybride composé de combustible mox expérimental et de combustible d’uranium. En janvier 2020, 18 assemblages combustibles fabriqués dans le cadre de la production en série avaient été pour la première fois chargés dans le réacteur. Rosenergoatom a indiqué récemment que le passage intégral au combustible mox était une grande première pour la Russie et représentait une étape importante dans le cadre de la fermeture du cycle du combustible.

La production industrielle de combustible mox s’inscrit dans le cadre d’un programme russe de développement d’une nouvelle génération de technologies nucléaires. Le projet mox est conduit par l’entreprise publique russe Tvel. La production a été lancée fin 2018.

Deux surgénérateurs sont en exploitation sur le site de Beloïarsk, dans l’oblast de Sverdlovsk, à environ 1500 km à l’est de Moscou: Beloïarsk 3 (FBR, 560 MW) et Beloïarsk 4. Beloïarsk 1 avait été mis à l'arrêt définitif en 1983 et Beloïarsk 2 en 1990. Les deux réacteurs étaient les premiers réacteurs modérés au graphite au monde à être mis en service commercial, dans les années 1960. La Russie prévoit de construire sur le même site deux surgénérateurs encore plus puissants de la série BN, de 1200 MW.

Source: 
M.A./C.B. d’après un communiqué de presse de Rosatom du 23 juillet 2020