08.03.2018

Siempelkamp a mis au point un nouveau procédé de décontamination chimique du circuit de refroidissement primaire

Siempelkamp NIS Ingenieurgesellschaft mbH a mis au point un nouveau procédé de décontamination chimique destiné au circuit de refroidissement du réacteur et aux systèmes auxiliaires des centrales nucléaires. Après quatre ans de développement, celui-ci a été utilisé avec succès dans une centrale nucléaire allemande.

D’après Siempelkamp, l’objectif du procédé ASDOC modifié (Advanced System Decontamination by Oxidising Chemistry) est de détacher la contamination radioactive présente à la surface interne des systèmes en ajoutant des additifs chimiques spécialement conçus dans le circuit de refroidissement du réacteur, et ensuite de retirer celle-ci du système en utilisant des échangeurs d’ions.

L’entreprise a indiqué dans un communiqué de presse que le procédé ASDOC_D-MOD avait ainsi permis de réduire considérablement la contamination. Le débit de dose a pu être baissé d’un facteur 85, ce qui simplifiera considérablement les travaux de démontage dans le cadre des projets de démantèlement futurs. Par ailleurs, le personnel intervenant sera bien moins exposé au rayonnement.

Le procédé a été mis au point et utilisé avec succès dans le centre technique de Siempelkamp. La poursuite de son développement avait notamment pour objectif de réduire les réactions chimiques entre la solution de décontamination et les matériaux métalliques de sorte à ne plus redouter la formation d’hydrogène.

«Le procédé n’a pas été simple à développer et nous avons dû faire face à des défis techniques et scientifiques importants», a déclaré Aldo Weber, porte-parole de la direction de Siempelkamp. «Nous avons essuyé quelques échecs avant de pouvoir démontrer l’utilisation du procédé – désormais à deux reprises.»

Source: 
M.A./C.B. d’après un communiqué de presse de Siempelkamp du 22 février 2018