10.10.18

La sortie du nucléaire met-elle en péril la sécurité d’approvisionnement de la Suisse?

L’Agence internationale de l’énergie met en garde contre les défis associés au remplacement de l’énergie nucléaire
Dans son évaluation de la politique énergétique suisse, l’Agence internationale de l’énergie (AIE) arrive à la conclusion que la sortie progressive du nucléaire placera l’approvisionnement électrique du pays face à des défis majeurs. Il sera notamment difficile de conserver la sécurité d’approvisionnement élevée et les faibles émissions de CO2 issues de la production d’électricité actuelles.

Le 8 octobre 2018, l’Agence internationale de l’énergie (AIE) de l’OCDE a présenté à Berne son rapport «Energy Policies of IEA Countries – Switzerland 2018 Review». Dès le titre de son communiqué de presse, l’AIE met en garde contre le fait que la sécurité d’approvisionnement en électricité sera mise à rude épreuve en cas de sortie progressive du nucléaire. Selon elle, l’approvisionnement énergétique de la Suisse est le plus pauvre en émissions de tous les Etats membres de l’agence. Cela est dû essentiellement à son mix électrique hydraulique-nucléaire.
La décision politique de renoncer progressivement à l’électricité produite dans les centrales nucléaires imposera un tournant radical du secteur énergétique suisse dans les décennies à venir. Remplacer l’énergie nucléaire tout en maintenant les émissions de CO2 de l’approvisionnement électrique à son bas niveau actuel tout en continuant à garantir une sécurité d’approvisionnement élevée sera difficile, estime l’AIE. Des réformes plus ambitieuses que la «Stratégie énergétique 2050» seront nécessaires pour lever les incertitudes relatives à la sécurité de l’approvisionnement.

Nécessité d’une discussion ouverte
L’AIE reconnait expressément dans son rapport la «contribution précieuse» des centrales nucléaires suisses dans le mix électrique du pays, respectueux du climat. Et l’énergie nucléaire pourrait continuer à fournir cette contribution si les installations poursuivaient leur exploitation, de manière sûre. Par ailleurs, on peut s’attendre à ce que les capacités supplémentaires offertes par les énergies renouvelables ne soient pas disponibles à temps pour pouvoir remplacer entièrement les centrales nucléaires qui auront atteint leurs 50 ans d’exploitation. Pour toutes ces raisons, l’AIE recommande à la politique suisse d’indiquer clairement aux les exploitants nucléaires s’ils doivent prévoir de faire fonctionner leurs installations au-delà de 50 ans. Une discussion franche et ouverte sur les différentes options possibles et sur un calendrier réalisable devra être organisée avec la population. Parmi ces options, le rapport mentionne les nouvelles capacités fossiles telles que les centrales combinées à gaz. Toutefois, les émissions élevées de CO2 dans ce domaine devront être compensées par d’autres domaines si la Suisse souhaite respecter ses engagements climatiques.

Des informations sur cette problématique soulevée par l’AIE sont disponibles dans notre feuille d’information «Les avantages du nucléaire pour l'économie et la société».

Le communiqué et le rapport de l’AIE sont disponibles ici.

Contact: 

Matthias Rey, Media Relations
Nuklearforum Schweiz, Frohburgstrasse 20, 4600 Olten
Tel.: 031 560 36 50    E-Mail: matthias.rey@nuklearforum.ch