09.07.2014

Les EAU ratifient la CRC

Les Emirats arabes unis (EAU) ont ratifié la Convention sur la réparation complémentaire des dommages nucléaires (CRC) de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA).

La CRC entrera en vigueur dans les 90 jours qui suivront le dépôt auprès de l’AIEA d’un instrument de ratification, d’acceptation ou d’approbation de cinq Etats au moins, présentant une puissance thermique installée globale de 400’000 MW minimum. Chaque Etat pourra ensuite adhérer à la Convention, bien qu’il ne l’ait pas encore signée.

Auparavant, 18 pays avaient signé la CRC, dont quatre, l’Argentine, les Etats-Unis, le Maroc et la Roumanie, l’avaient également ratifiée. La puissance thermique installée globale de ces pays n’atteint cependant que quelque 300’000 MW. La ratification de la CRC par les EAU porte désormais ce nombre de pays à cinq, mais les EAU ne possédant que des centrales nucléaires en cours de construction, la seconde condition concernant les 400'000 MW au global n’est pas encore remplie.

«L’entrée en vigueur de la Convention est une étape importante en vue d’un régime de responsabilité global», a expliqué Yukiya Amano, directeur général de l’AIEA. La responsabilité nucléaire est un élément du plan d’action sur la sûreté nucléaire de l’AIEA, approuvé par les Etats membres de l’Agence en 2011, suite à l’accident de Fukushima Daiichi.

Le 7 juillet 2014, l’ambassadeur Hamad Ali Alkaabi, représentant permanent des EAU auprès de l’AIEA, remet l’instrument de ratification de la CRC au directeur général de l’AIEA, Yukiya Amano.
Source: AIEA / D. Calma
Source: 
M.A./C.B. d’après un communiqué de l’AIEA du 8 juillet, et la CRC au 7 juillet 2014