10.04.2014

Réunion internationale d’examen de la sécurité nucléaire: à nouveau de bonnes notes pour la Suisse

La 6e réunion d’examen de la convention sur la sûreté nucléaire (CSN) a de nouveau confirmé le respect par la Suisse de toutes les exigences internationales sur la sécurité nucléaire. Les experts internationaux désignent plusieurs mesures suisses comme «bonnes pratiques». Ils en recommandent l’imitation au niveau international.

Lors de la 6e réunion d’examen de la CSN tenue à Vienne début avril 2014, les experts étrangers en matière de nucléaire ont spécialement fait l’éloge de la procédure employée pour déterminer l’aléa sismique sur les sites des centrales nucléaires helvétiques. Les exploitants des centrales nucléaires suisses, sous la responsabilité de leur organisation faîtière swissnuclear, ont employé une procédure appelée «Senior Seismic Hazard Analysis Committee (SSHAC) Level 4» dans le cadre du projet «Pegasos Refinement». Il s’agit du niveau le plus élevé et le plus exigeant d’un procédé reconnu internationalement. Les exploitants ont remis l’étude fin 2013 à l’IFSN, qui procède actuellement à son examen.

Le principe suisse de rééquipement recommandé à l’international

Les experts internationaux ont jugé que le rééquipement continu des centrales appliqué en Suisse depuis de nombreuses années était une pratique recommandable. Les autres points jugés recommandables par les experts sont:

  • la réflexion poussée sur la culture de sécurité ;
  • le plan d’action Fukushima actualisé chaque année ;
  • le dépôt externe de Reitnau.

Hans Wanner souligne: «Grâce aux rééquipements importants réalisés, les plus anciennes centrales nucléaires se trouvent aujourd’hui toujours en très bon état. Il serait donc nécessaire que ce principe de rééquipement continu devienne un standard international. Le risque d’accident comme à Fukushima en serait nettement diminué.»

Premier rapport national régulier après Fukushima-Daiichi

L’IFSN avait remis mi-août 2013 son sixième rapport national sur la CSN. Il renseigne entre autres sur la manière dont le plan d’action de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a été mis en œuvre jusque-là. Il s’agit du premier rapport national régulier dans le cadre de la CSN ayant été rendu et évalué depuis l’accident de réacteur de Fukushima-Daiichi. En tant que signataire de la convention, la Suisse est tenue de rendre tous les trois ans un rapport national sur l’état de l’application de la convention à l’AIEA.

Source: 
M.A./T.M. d’après un communiqué de presse de l’IFSN du 4 avril 2014