31.01.14

Ne pas bannir le nucléaire de l’enseignement et la recherche suisses

La conservation du savoir lié à la technologie nucléaire en Suisse est indispensable pour une exploitation sûre des centrales nucléaires existantes. L’interdiction formelle proposée des centrales nucléaires rendra toutefois le domaine de la technologie nucléaire moins attirant pour la relève. Certes, le Conseil fédéral et le Parlement veulent explicitement poursuivre l’enseignement et la recherche dans le domaine du nucléaire. Mais dans la pratique, la nouvelle politique énergétique débouche sur une interdiction de facto de cette technologie. C’est ce qui ressort d’un état des lieux effectué par le Forum nucléaire suisse.

Fin septembre 2011, le Parlement suisse a décidé d’arrêter, à long terme, de recourir au nucléaire pour la production d’électricité. Bien que le Conseil fédéral et le Parlement ne souhaitent explicitement pas interdire la technologie nucléaire du point de vue juridique, dans la pratique, l’interdiction proposée de construire des centrales nucléaires y mène de facto. La construction et l’exploitation de réacteurs de recherche sera certes toujours possible, mais le principe du recours au nucléaire pour la production d’électricité sera interdit, sans que soit pris en compte les développements techniques actuels et à venir. Si cette application est supprimée, ce champ de la connaissance perdra de son intérêt pour la jeune génération.

Eviter une «cessation de penser» dans la recherche
La conservation du savoir relatif au nucléaire est toutefois indispensable pour une exploitation sûre des centrales nucléaires existantes. Les exploitants et l’industrie des fournisseurs dépendent des compétences spécialisées et d’une relève motivée pour l’entretien et le développement de la technique de sûreté. L’interdiction technologique proposée menace ainsi la base des connaissances en technologie nucléaire accumulées en Suisse sur des décennies. Un savoir, une fois perdu, ne peut pas s’acquérir à nouveau du jour au lendemain en cas de besoin.

Une vaste interdiction légale du recours futur à l’énergie nucléaire constituerait en outre un signal inquiétant, qu’il s’agisse de politique intérieure ou de politique étrangère. Un pays aussi innovant et à la pointe de la science que la Suisse ne devrait pas se prononcer en faveur de l’interdiction d’une technologie utilisée dans le monde entier, d’autant plus que cette technologie est toujours en développement. La Suisse court le risque d’un décrochement au niveau international. Une ligne stratégique au niveau fédéral est donc nécessaire au maintien des compétences, ce afin d’éviter une «cessation de penser» imposée financièrement dans le domaine de la recherche nucléaire.

L’état des lieux du Forum nucléaire suisse
Le Forum nucléaire suisse fait régulièrement l’état des lieux de l’offre et de la demande dans l’enseignement et la recherche dans le domaine du nucléaire. Le dossier complet «Lehre, Forschung und Nachwuchs in der Schweizer Kernenergie» («Enseignement, recherche et relève dans le nucléaire suisse») est disponible en allemand sous le lien suivant:
http://www.nuklearforum.ch/de/lehre-forschung

Contact: 

Contact:
Michael Schorer
Responsable de la communication
Forum nucléaire suisse, Konsumstr. 20, Berne
Tél.: 078 821 98 84,   e-mail: michael.schorer@nuklearforum.ch