10.06.2021

Déclaration commune concernant la technologie et la politique énergétique américaines et françaises

La ministre américaine de l'Énergie, Jennifer M. Granholm, et la ministre française de l’Environnement, Barbara Pompili, ont publié une déclaration dans laquelle elles détaillent leurs objectifs communs pour lutter contre les changements climatiques ainsi que leur ambition concernant la réalisation des objectifs de l’Accord de Paris.

Le ministère français de la Transition écologique et le Département américain de l’Énergie (DOE) travaillent ensemble pour désamorcer la crise climatique actuelle, ont indiqué Mmes Pompili et Granholm dans une déclaration commune. Le deux ministres souhaitent utiliser les possibilités offertes par la recherche et la science pour «accélérer drastiquement» le recours aux technologies énergétiques, innovations révolutionnaires et mesures politiques qui rendront possible un avenir plus propre, plus sûr et meilleur. Afin d'atteindre l’objectif commun de zéro émission nette à l’horizon 2050 et d'accélérer le tournant énergétique, il convient, selon elles, de s'assurer que ces systèmes énergétiques sont efficaces et fiables. Elles estiment par ailleurs que ces systèmes devront rendre possible l’intégration d’une plus grande quantité d'énergies renouvelables en association avec l’énergie nucléaire, cette dernière représentant aujourd’hui une part importante dans la production électrique des deux pays. Dans ce contexte, la France et les États-Unis s’engagent à collaborer dans le but d’apporter une contribution majeure aux solutions de production d’électricité pauvres en carbone.

On peut également lire dans la déclaration que les systèmes électriques décarbonés et innovants tels que les nouvelles technologies nucléaires ou les petits réacteurs modulaires, les microréacteurs et les réacteurs avancés, peuvent avoir un effet positif. Ces systèmes contribueront en effet à développer les énergies renouvelables, à soutenir l’électrification des régions rurales, à produire de l’hydrogène vert en vue de décarboner le secteur des transports et autres secteurs énergétiques, et à encourager la mise à disposition d’eau potable dans les régions arides et d'autres applications industrielles propres.

«Nous souhaitons exploiter la menace que représentent les changements climatiques comme une chance pour faire renaître le secteur énergétique et promouvoir les industries et technologies propres», ont indiqué les deux ministres. Toutes deux sont convaincues que la transition vers les énergies propres permettra de créer des emplois bien rémunérés et durables.

Source: 
M.A./C.B. d’après un communiqué de presse du DOE du 28 mai 2021