07.10.2019

EDF remet une demande de désaffectation pour Fessenheim

L’entreprise française Électricité de France (EDF) a remis une demande de désaffectation pour la centrale nucléaire de Fessenheim, en Alsace, à l’Autorité française de sûreté nucléaire (ASN) et au gouvernement. Les deux tranches devraient être déconnectées du réseau mi-2020. 

D’après des informations d’EDF, la tranche de Fessenheim 1 sera définitivement déconnectée du réseau le 22 février 2020, et celle de Fessenheim 2 le 30 juin 2020. Les deux installations devraient ainsi être mises à l'arrêt définitif après 42 années d’exploitation. Le 27 septembre 2019, le gouvernement a convenu avec EDF que l’État dédommagera l’exploitante pour la mise à l’arrêt anticipée des deux réacteurs à eau sous pression à hauteur d’environ 400 millions d’euros (CHF 435 mio.). Cette somme permettra de compenser les dépenses liées à la post-exploitation, les impôts, le démantèlement ainsi que la reconversion du personnel. Les versements seront effectués au cours des quatre premières années suivant la désaffectation. EDF percevra également des versements de compensation pour les éventuels bénéfices qu’auraient apportés les volumes de production futurs de la centrale nucléaire de Fessenheim, calculés ex post à partir des prix de vente de la production nucléaire, notamment des prix du marché observés, a indiqué EDF.

Initialement, la fermeture des deux tranches de 880 MW devait coïncider avec la mise en service de la tranche Flamanville 2 (1600 MW). Celles-ci auraient en effet dû être déconnectées du réseau une fois Flamanville 3 en exploitation. Mais la mise en service de la tranche EPR en construction depuis fin 2007 ne cesse d’être reportée. EDF a annoncé cet été qu’elle était désormais prévue en 2022 en raison de soudures défectueuses.

Dans le cadre de sa Programmation pluriannuelle sur l'énergie (PPE), le gouvernement français prévoit de réduire la part du nucléaire dans le mix électrique du pays et de la passer de 72% actuellement à 50% à l’horizon 2035. D’ici là, 14 tranches nucléaires seront déconnectées du réseau.

Fessenheim est la plus ancienne centrale du parc nucléaire français. Les deux réacteurs ont été mis en service commercial en 1978. Or ce sont les tranches nucléaires les plus anciennes qui seront arrêtées dans le cadre de la PPE. Outre Fessenheim, cela concernera donc les sites du Tricastin, du Bugey, de Gravelines, de Dampierre, de Blayais, de Cruas, de Chinon et de Saint-Laurant.

Source: 
M.B./C.B. d’après un communiqué de presse d’EDF du 30 septembre 2019