14.04.2021

Estonie: Le gouvernement met sur pied un groupe de travail chargé d’étudier l’option nucléaire

Le ministère estonien de l’Environnement a annoncé que le gouvernement avait autorisé la création d'un groupe de travail qui sera chargé d'étudier la possibilité que le pays entre dans le nucléaire.

Le nouveau groupe de travail devra étudier la possibilité que l’Estonie entre dans le nucléaire, et devra présenter ses conclusions et propositions au gouvernement avant septembre 2022. Il sera placé sous la houlette du ministre de l’Environnement, Tõnis Mölder, et rassemblera des représentants de plusieurs ministères.

D'après M. Mölder, il devra évaluer le besoin et la sécurité énergétique du pays au cours des vingt prochaines années. Il devra aussi déterminer si un besoin pour l’énergie nucléaire se fait jour en Estonie et dans quelle mesure celle-ci pourrait être intégrée dans le réseau électrique actuel.

«Pour augmenter la sécurité énergétique, la durabilité et la compétitivité de l’Estonie, et réaliser les objectifs climatiques que nous nous sommes fixés pour 2050, entrer dans le nucléaire pourrait représenter une solution. En effet, celle-ci est à même de fournir de l’électricité 24h/24 et indépendamment des conditions météorologiques, mais se doter de la technologie sera un processus de longue haleine qui nécessitera des investissements colossaux de la part de l'État. La question, difficile, du stockage du combustible usé sera également abordée.», a expliqué M. Mölder. Si l’Estonie décide de construire une centrale nucléaire, plusieurs décennies pourraient s'écouler avant sa mise en service commercial, en 2035 au plus tôt. D'après M Mölder, l’Estonie pourrait prendre en compte les petits réacteurs modulaires (Small Modular Reactor, SMR) de la génération IV. Il conviendra toutefois d'étudier si le développement d’une centrale incombera à l'État ou au secteur privé, et quelles seraient les possibilités de collaboration entre les deux secteurs. Par ailleurs, le savoir-faire et la main d'œuvre nécessaires au développement de l’énergie nucléaire devront aussi être déterminés.

D'après M. Mölder, l’entrée dans le nucléaire nécessitera un accord social et des réponses claires à des «questions et des craintes légitimes de la part de la population». «Une approche scientifiquement fondée ne suffira pas, l'acceptation générale des individus et de la société est également requise», a déclaré le ministre de l’Environnement.’entreprise estonienne Fermi Energia travaille sur un projet de SMR en Estonie depuis 2019. L’entreprise a ainsi levé en mars 2021 les 2,5 millions d’euros nécessaires pour lancer la procédure de planification officielle en vue de l’utilisation d’un SMR sur le sol estonien grâce à un financement participatif. Elle n'a encore choisi aucune technologie pour son projet. Des accords de coopération ont toutefois été signés avec les principaux développeurs de SMR.

Source: 
M.A./C.B. d'après un communiqué de presse du ministère estonien de l’Environnement du 9 avril 2021