N'est disponible que dans le E-Bulletin
06.07.2009

Evénement Ines 2 lors du renouvellement du combustible à Dungeness-B1

Un événement survenu lors du renouvellement du combustible à la tranche nucléaire de Dungeness-B1 (525 MW, AGR) de British Energy a été classé provisoirement comme «incident» au niveau 2 de l’Echelle internationale des événements nucléaires Ines: une mesure inadéquate prise par l’équipe d’exploitation a affaibli la prévoyance de sûreté échelonnée contre un accident de criticité.

L’incident s’est produit le 29 juin 2009 dans le réacteur avancé refroidi au gaz de la tranche B1 de la centrale nucléaire de Dungeness, dans le sud du Kent. Selon le rapport publié le 6 juillet 2009 sur la page Internet d’Ines, «on a constaté, lors de l’abaissement du bouchon du combustible sur un support neuf de combustible, que l’accouplement n’était pas enclenché correctement et qu’un corps étranger s’y était incorporé». Ce corps étranger était semble-t-il un morceau de pellicule de recouvrement élastique qui avait été utilisée auparavant pour des travaux de maintenance.

L’équipe d’exploitation a constaté la défaillance du cliquet d’accouplement lors d’un contrôle qui fait partie de la procédure de renouvellement du combustible et lors duquel le support du combustible doit être soulevé. Les opérations de changement du combustible ont été immédiatement interrompues, mais le support du combustible est resté coincé à 3 m environ au-dessus de sa position finale. Afin de prévenir tout dégât d’une chute éventuelle, l’équipe d’exploitation a introduit de la mousse de polyuréthane dans le canal du combustible sous la cassette. Ce n’est qu’ensuite que l’on s’est rendu compte que le polyuréthane pouvait avoir un effet de modérateur et donc porter atteinte aux spécifications techniques. La mousse n’est pas entrée en contact avec le support du combustible. Celui-ci a été immédiatement sécurisé mécaniquement contre une chute.

Aucun rejet de radioactivité

L’apport de mousse de polyuréthane a détérioré la protection échelonnée du réacteur contre un accident de criticité, ce qui justifie le classement provisoire de l’événement au niveau 2 d’Ines. Aucun endommagement du combustible ou rejet de matières radioactives ne s’est toutefois produit. Une enquête est en cours.

Pour comprendre cet incident, il y a lieu de noter que dans les AGR, le changement du combustible se fait depuis le haut à l’aide d’une machine qui permet cette manœuvre pendant le fonctionnement du réacteur. La machine soulève et abaisse les cassettes de combustible aménagées dans plus de 300 canaux de combustible du bloc de graphite qui sert de modérateur. Chaque étape du changement du combustible implique une procédure à plusieurs niveaux avec contrôle systématique de la position exacte de la cassette de combustible et de ses éléments. Chaque cassette comporte un support de combustible – le «stringer» (le «longeron» – et un bouchon qui obture le canal vers le haut. Le longeron compte sept ou huit assemblages combustibles contenant chacun 36 crayons combustibles, des sondes de mesure et une enveloppe en graphite qui garantit une circulation optimale du CO2, le gaz de refroidissement.

Source: 
P.B./C.P. d’après Ines, News, et NucNet du 6 juillet 2009