14.11.2019

Fin de la mission Inir en Égypte

Une équipe de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a étudié le développement de l’infrastructure nucléaire égyptienne dans le cadre d’une mission Inir (Examen intégré de l’infrastructure nucléaire). Le pays souhaite en effet intégrer l’énergie nucléaire dans son mix électrique et mène actuellement un projet de construction de quatre réacteurs avec le soutien de la Russie.

Le 6 novembre 2019, une équipe d’experts de l’AIEA a effectué une mission Inir de onze jours en Égypte, au cours de laquelle les spécialistes ont passé en revue le développement de l’infrastructure nucléaire égyptienne. L’équipe a constaté que le pays avait fourni un effort important pour mener les travaux préparatoires en vue de la phase de construction. Il a notamment mis sur pied la Nuclear Power Plants Authority (NPPA) ainsi que l’Egyptian Nuclear Regulation and Radiological Authority (ENRRA).

L’équipe Inir a également formulé des recommandations et des propositions, ainsi que des mesures susceptibles d’aider le pays à poursuivre le développement de son infrastructure nucléaire. Les spécialistes estiment que deux secteurs jouent un rôle majeur: la poursuite de la mise en place du cadre légal et réglementaire, et l’implication dans la phase de construction et dans le long terme. Dans certains domaines, tels que la régulation et le réseau électrique, l’équipe a également identifié de bonnes pratiques qui pourraient être utile à d’autres pays entrants.

La mission Inir a été effectuée à la demande du gouvernement égyptien. La NPPA, future propriétaire et exploitante de la centrale, a accompagné la mission côté égyptien.

Projet de construction à El Dabaa

Fin avril 2017, la Russie et l'Égypte avaient signé les formalités relatives au démarrage des travaux en lien avec les nouvelles constructions prévues sur le site d’El Dabaa. Ainsi, la Russie construira quatre tranches nucléaires du type russe VVER-1200 sur ce site situé à 300 km au nord-ouest du Caire, et approvisionnera en combustible la centrale nucléaire durant les 60 ans prévus par la conception. Par ailleurs, elle soutiendra le pays dans le cadre de la formation de spécialistes, ainsi que les partenaires égyptiens dans le cadre de l’exploitation et de l’entretien des tranches nucléaires, durant les dix premières années de fonctionnement de l’installation. Il est également prévu que la Russie construise un dépôt destiné au stockage des assemblages combustibles usés, et fournisse les conteneurs de stockage requis.

L’autorité de sûreté nucléaire égyptienne a délivré le permis pour le site d’El Dabaa au printemps 2019, confirmant ainsi qu’il satisfait aux exigences nationales et internationales en vigueur.

Source: 
M.B./C.B. d’après un communiqué de la NPPA du 6 novembre 2019