27.01.1999

Industrie nucléaire américaine: coûts du démantèlement en tout cas couverts

L'industrie nucléaire américaine a rejeté avec la plus grande fermeté des accusations selon lesquelles l'arrêt anticipé de centrales nucléaires dû à la déréglementation du marché de l'électricité ferait que les coûts de démantèlement ne seraient pas couverts, les réserves à cette fin étant insuffisantes.

Se fondant sur une étude à ce sujet, l'organisation "Public Citizen" affirme que l'arrêt anticipé de centrales nucléaires pour des raisons économiques entraîne un déficit de liquidités pour le démantèlement de 15,3 milliards de dollars, et que jusqu'à 46,5 milliards de dollars supplémentaires manqueront pour le stockage définitif de déchets de haute activité.
Le Nuclear Energy Institute (NEI), qui représente les intérêts de l'industrie nucléaire, a publié une prise de position qui décrit ces critiques comme sans fondement. Pour le NEI, l'étude contredit la réalité économique.
M. Marvin Fertel, vice-président du NEI, a déclaré dans ce contexte que pour des raisons de santé publique et de sûreté, le financement intégral du démantèlement était strictement surveillé par des autorités telles que la Commission de la réglementation nucléaire NRC. Il a ajouté que les Etats fédéraux étaient responsables de la fixation du montant des versements dans le fonds pour le démantèlement et que l'industrie leur faisait confiance pour calculer correctement les besoins nécessaires.
Par ailleurs, le NEI a qualifié de "conjecture" la supposition selon laquelle la déréglementation allait entraîner la fermeture anticipée de presque toutes les centrales nucléaires. A son avis, c'est le contraire qui est vrai. La concurrence constitue un stimulant extraordinaire à prolonger les autorisations d'exploitation de centrales nucléaires, et le NEI renvoie ici à deux requêtes correspondantes. D'autres demandes dans ce sens sont attendues: selon l'estimation du NEI, le renouvellement de l'autorisation d'une centrale nucléaire coûte en effet entre 10 et 50 dollars par kW installé, alors que le coût de la construction du type le plus proche d'installation alternative non nucléaire revient à environ 440 dollars par kW.

Source: 
M.E./C.P. d'après NucNet du 28 janvier 1999