21.10.2021

L’absence de coopération avec l’UE pourrait mettre en péril notre approvisionnement électrique dès 2025

Un rapport publié par le Département fédéral de l’environnement, des transports, de l’énergie et de la communication (DETEC) indique que sans coopération avec l’UE et dans un contexte de réduction du nucléaire, l’approvisionnement électrique de la Suisse pourrait subir des interruptions dès 2025.

Depuis 2020, le paquet «Une énergie propre pour tous les Européens» (Clean Energy Package) constitue un nouvel ensemble de réglementations, selon lequel tous les gestionnaires de réseau de transport européens doivent, à partir de 2025, réserver au moins 70% des capacités transfrontalières du réseau pour les échanges d’électricité entre États membres de l’UE. De ce fait, la Suisse pourrait voir ses capacités d’importation se restreindre sensiblement. Elle est déjà dépendante des importations d’électricité en provenance de ses voisins en hiver. Par ailleurs, la Stratégie énergétique 2050 du Conseil fédéral mise sur une augmentation massive des importations d’électricité à l’avenir – lorsque les centrales nucléaires auront été déconnectées du réseau.

En raison de l'échec de l’accord-cadre avec l’UE, les possibilités d’importation de courant seront fortement réduites à l’avenir.
Source: Swissgrid

Une étude sur les conséquences sur la sécurité du réseau et la sécurité de l’approvisionnement électrique suisse en l’absence d’un accord-cadre sur l’électricité

Sur mandat de la Confédération, la société de conseil Frontier Economics a analysé les conséquences de l'absence de coopération avec l’UE dans un rapport. Une situation particulièrement éprouvante pour les exploitants a été étudiée, dans laquelle les réacteurs I et II de la centrale nucléaire de Beznau ainsi qu’un tiers des centrales nucléaires françaises ne sont pas disponibles. Dans le scénario le plus pessimiste, il n’y a pas de coopération entre la Suisse et l’UE. Les pays voisins respectent la règle des 70% en limitant la capacité de transport depuis et vers la Suisse. Les besoins en électricité en Suisse pourraient alors ne plus être couverts pendant 47 heures, et il manquerait chaque année 66 gigawattheures (GWh). Et dans les suppositions extrêmes (des pannes de production supplémentaires), la pénurie pourrait durer 500 heures et représenter plus de 690 GWh chaque année.

Dans les deux autres scénarios, nous concluons des accords techniques et même un accord sur l’électricité avec les gestionnaires du réseau de transport européens. Cela permet de garantir la sécurité d'approvisionnement ainsi que la sécurité de l’exploitation de réseau, mais en occasionnant en partie des frais élevés.

Aperçu simplifié des scénarios. Dans le scénario pessimiste «Aucune collaboration», la sécurité d'approvisionnement et la sécurité de l’exploitation du réseau ne sont plus garanties.
Source: Office fédéral de l'énergie (OFEN)
Source: 
S.D./C.B. d’après un communiqué de presse du DETEC du 13 octobre 2021, et le résumé de l’étude «Analyse Stromzusammenarbeit Schweiz – EU» de l’OFEN