04.07.2019

L’AIEA étudie l’exploitation à long terme de Doel 1 et 2

Une équipe d’experts de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a étudié la sécurité des tranches nucléaires Doel 1 et 2 en vue de leur exploitation à long terme. Cet examen s’est déroulé dans le cadre d’une mission SALTO (Safety Aspects of Long term Operation).

L’AIEA avait déjà étudié les deux réacteurs Doel 1 et 2 en février 2017 dans le cadre d’une mission SALTO. À la demande de l’Agence fédérale belge de contrôle nucléaire (FANC-AFCN), elle vient d'achever une mission de suivi portant sur les deux réacteurs à eau sous pression. Entre le 25 et le 28 juin 2019, l'équipe d’experts a ainsi examiné la mise en oeuvre des recommandations et propositions formulées en 2017. Elle a conclu que la direction de la centrale avait amélioré l'organisation de la gestion du vieillissement, avait actualisé une analyse de sécurité et avait réalisé des avancées dans le domaine de gestion des connaissances. L'équipe a toutefois aussi constaté que d'autres travaux seraient nécessaires pour pouvoir garantir que l’ensemble des composants sont bien pris en compte pour la gestion du vieillissement.

L'équipe de l’AIEA a transmis à la direction de la centrale ainsi qu’à la FANC-AFCN un rapport provisoire à l’issue de la mission. Le rapport final sera prêt dans trois mois. Il sera à nouveau remis à la direction de la centrale et à l’autorité de sûreté nucléaire, ainsi qu’au gouvernement belge.$

Le site de Doel se trouve à environ 50 km au nord de Bruxelles et compte quatre réacteurs à eau sous pression. Les deux plus anciens, Doel 1 et 2, sont en service commercial depuis 1975. Ils ont été suivis de Doel 3 en 1982 puis de Doel 4 en 1985. Avec les trois tranches de Tihange, la Belgique possède au total sept tranches nucléaires qui produisent environ la moitié de l'électricité du pays.

Sortie du nucléaire à l’horizon 2025

Au printemps 2018, le gouvernement belge a adopté un nouveau «paquet énergétique» qui maintient la sortie du nucléaire du pays. D'après le calendrier actuel, Doel 3 devrait être la première installation nucléaire à être mise à l'arrêt définitif, en 2022. Ce sera ensuite au tour de la tranche Tihange 2, en 2023. L’arrêt des autres tranches est prévu pour 2025.

Source: 
M.B./C.B. d’après un communiqué de presse de l’AIEA du 1er juillet 2019