06.07.2015

L’AIEA évalue la protection d’urgence du Nigéria

L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a achevé une mission de dix jours au Nigéria. Cinq experts y ont évalué les plans de protection d’urgence et les mécanismes de protection en cas de catastrophe.

Une équipe internationale d’experts de l’AIEA a évalué pendant dix jours les dispositions de protection en cas de catastrophe et les scénarios d’urgence du Nigéria dans les domaines énergie nucléaire et radiologie. La mission dite EPREV (Emergency Preparedness Review) a été effectuée sur demande du gouvernement nigérian. «Par sa demande d’une mission EPREV, le Nigéria a prouvé qu’il a compris l’importance d’une bonne préparation pour pouvoir réagir à des problèmes radiologiques et nucléaires», explique Denis Flory, vice-directeur général de l’AIEA et chef du département de sûreté et sécurité des réacteurs. Cette préparation est un pilier de la sûreté nucléaire. Selon Lawrence Dim, directeur de l’autorité nigériane de surveillance du nucléaire (NNRA), ce contrôle souligne la volonté du Nigéria d’une amélioration continue de sa prévention et ses processus d’urgence.

L’équipe de revue a en particulier salué la bonne intégration dans les plans d’urgence nationaux des dispositions permettant de réagir aux urgences nucléaires et radiologiques. De plus, le rôle de la NNRA et de la National Emergency Management Agency (NEMA) est reconnu et bien ancré chez les interlocuteurs concernés. L’équipe d’experts a aussi noté des points à améliorer:

  • Les capacités de réaction à une urgence nucléaire doivent être renforcées parallèlement aux progrès du programme nucléaire.
  • Les autorités nationales et locales devront à l’avenir être mieux associées aux plans et mesures d’urgence.
  • Les rôles des différentes organisations d’urgence et les accords de coopération correspondants doivent être clarifiés.
  • Les capacités des premiers secours doivent s’améliorer en terme de formation, de compétence ainsi que d’acquisition et d’entretien d’équipements. Ceci vaut aussi pour les processus destinés à informer et instruire la population en cas d’urgence, ainsi que pour le traitement médical aigu en cas d’urgence nucléaire ou radiologique. 

L’AIEA a souligné l’excellente coopération de toutes les organisations impliquées.

Source: 
S.Ry./T.M. d’après un communiqué de presse de l’AIEA du 23 juin 2015