25.11.2021

Le groupe V4 des pays d’Europe centrale renforce son soutien au nucléaire

Le groupe de Visegrad (V4) – une coopération informelle d’États d’Europe centrale composée de la Hongrie, de la Pologne, de la République tchèque, et de la Slovaquie – demande à la Commission européenne d'autoriser l’intégration de l’énergie nucléaire dans la taxonomie de l’UE pour des investissements durables. «Sans l’énergie nucléaire, nous ne parviendrons pas à atteindre nos objectifs en matière de neutralité climatique», estiment les quatre pays.

János Süli, ministre hongrois responsable de l’extension de la centrale nucléaire de Paks, a dirigé une rencontre du V4 consacrée au thème de la souveraineté et de la sécurité énergétique, organisée à proximité de la centrale nucléaire de Paks, qui fournit 48% du courant hongrois.

«Visigrad 4 est engagé pour l’utilisation de l'énergie nucléaire, les centrales nucléaires contribuant à atteindre l’objectif de l’UE en matière de neutralité climatique tout en renforçant la sécurité d'approvisionnement et en fournissant du courant propre à des prix abordables», a déclaré la société de projet de Paks II.

«Mes collègues et moi-même sommes d’accord sur le fait que sans l'énergie nucléaire, il ne sera pas possible de réaliser les objectifs de neutralité climatique», a souligné le ministre slovaque de l’Économie Karol Galek.

Adam Guibourgé-Czetwertyński, sous-secrétaire polonais à l’Énergie, et Tomáš Ehler, vice-ministre tchèque de l’Industrie et du Commerce, responsable des questions en lien avec l’énergie nucléaire, ont également assisté à la rencontre.

Les quatre hommes politiques ont signé une déclaration sur l’importance de l’énergie nucléaire dans le contexte de la neutralité climatique, mais aussi de la taxonomie de l’UE, des investissements durables et de la sécurité d'approvisionnement. Ils ont rappelé le «droit souverain» des États membres de l’UE à définir leur propre mix énergétique, celui-ci se basant sur le traité sur le fonctionnement de l’Union européenne. Le gouvernement tchèque a déclaré: «La neutralité technologique est une condition au tournant énergétique en accord avec les engagements de décarbonation d’ici à 2050».

Le groupe estime que l’UE doit se doter d’un cadre transparent de soutien aux investissements dans l’ensemble des technologies contribuant à la réduction des émissions de gaz à effet de serre, y compris l’énergie nucléaire. Il encourage également l’utilisation du gaz pour rendre possible une sortie rapide du charbon.

Pour M. Ehler, la déclaration commune des ministres de l’Énergie envoie un signal fort à l’intention de l’UE, selon lequel les pays du V4 misent sur l’énergie nucléaire pour réaliser leurs objectifs de décarbonation et garantir simultanément leur sécurité et leur indépendance énergétique. Elle montre également que des conditions équitables pour l’ensemble des sources d’énergie pauvres en carbones sont requises, notamment en matière de financement.

Des fronts durs pour et contre l’élargissement de la taxonomie

La Commission européenne étudie depuis déjà un certain temps l’intégration de l’énergie nucléaire dans la taxonomie. La taxonomie sur la finance durable est un paquet de prescriptions réglementant les investissements dans les activités considérées par l’UE comme étant respectueuses de l’environnement. L’Allemagne, l’Autriche, le Danemark, le Luxembourg, et le Portugal sont opposés à son intégration. Dans l’autre camps, «Nuclear Alliance», qui regroupe la Bulgarie, la Croatie, la Finlande, la France, la Roumanie et la Slovénie, ainsi que le groupe V4 - composé de la Pologne, la Slovaquie, la République tchèque et la Hongrie - y sont favorables. À l’heure actuelle, la Commission européenne n’a pas encore pris sa décision mais tout porte à croire qu’elle élargira la taxonomie à l’énergie nucléaire et au gaz.

Les quatre représentants du V4 souhaitent que l’énergie nucléaire soit considérée comme durable.
Source: Paks II
Source: 
M.A./C.B. d’après une déclaration du V4 du 18 novembre 2021, et les WNN du 19 novembre 2021