19.02.2021

Suède: collaboration pour le développement d’une nouvelle technologie de réacteur

Uniper Sweden, LeadCold Reactor Inc. et le Royal Institute of Technology (KTH) souhaitent s’unir pour développer et construire un prototype de petit réacteur modulaire (Small Modular Reactor, SMR) refroidi au plomb sur le site d’Oskarshamn.

D’après Uniper, la collaboration des trois partenaires est organisée comme une coentreprise, qui laisse toutefois la porte ouverte à différents acteurs issus de l’industrie et de la science.

Uniper Sweden, LeadCold et le KTH ont remis à la Swedish Energy Agency une demande de participation au financement d’un prototype de SMR refroidi au plomb non nucléaire et fonctionnant à l’électricité. Celui-ci sera mis en service en 2024, pour une durée de cinq ans. «La technologie que nous avons développée chez LeadCold est désormais éprouvée et nous pouvons lancer la construction d’un prototype non-nucléaire avec Uniper, dans la perspective ensuite de commercialiser un nouveau réacteur» a déclaré le professeur Janne Wallenius, fondateur de LeadCold. Il s’agit d’une étape importante pour la technologie de réacteur suédoise.

Le SMR Sealer refroidi au plomb

D’après LeadCold , la technologie Sealer – forme abrégée de Swedish Advanced Lead Reactor – existe en deux versions: une destinée à une utilisation dans l’Arctique et une autre, désignée Sealer-55, à une utilisation sur le réseau électrique.

Le type arctique nécessitera 2,4 tonnes d’oxyde d’uranium enrichi à 19,9%. Sa puissance électrique s’établira entre 3 et 10 MW. Le réacteur pourra fonctionner sur une durée comprise entre 10 et 30 ans, sans que le cœur ne doive être rechargé.

Pour les applications sur le réseau, le Sealer-55 aura besoin de 21 tonnes de nitrure d’uranium enrichi à 12%. Sa puissance électrique sera de 55 MW. Le réacteur pourra fonctionner durant 25 ans, sans que le cœur ne doive être rechargé. Les coûts associés à la construction d’un Sealer-55 produit en masse sont estimés par LeadCold à 200 millions d’euros, combustible compris.

Le président de Uniper Sweden, Johan Svenningsson, a déclaré: «En commençant le travail rapidement, nous nous offrirons à nous-mêmes, mais aussi à toute la Suède, une liberté d’action pour l’avenir. Au regard de l’horizon à court terme de l’objectif zéro émission que s’est fixé le pays, il est indispensable que nous ne fermions aucune porte.»

En Suède, six tranches nucléaires représentant une puissance globale de 700 MW sont encore en fonctionnement. Le besoin en électricité du pays pourrait augmenter chaque année de 100 TWh d’ici 2050.

Source: 
M.A./C.B. d’après un communiqué de presse d’Uniper du 15 février 2021