22.05.19

«L’approvisionnement électrique indigène sûr – le modèle de réussite suisse menacé?»

Assemblée annuelle 2019 du Forum nucléaire suisse
L’Assemblée annuelle 2019 du Forum nucléaire suisse célébrait les 50 ans de la production d’électricité nucléaire en Suisse. La sécurité actuelle de l’approvisionnement électrique de notre pays était au cœur des discussions, de même que la fiabilité apportée par l’énergie nucléaire par le passé, et l’incertitude de l’avenir de notre approvisionnement.

Au cours des dernières décennies, la Suisse a bénéficié d’un approvisionnement électrique très sûr. Depuis la mise en service de la tranche Beznau 1, il y a 50 ans, l’énergie nucléaire a considérablement contribué à la fiabilité de cet approvisionnement. L’adoption de la Stratégie énergétique 2050, qui prévoit un abandon progressif du nucléaire, s’accompagnera d’une dépendance encore plus forte vis-à-vis des importations d’électricité. À l’occasion de son assemblée annuelle 2019 à Baden, le Forum nucléaire suisse a fait le point sur le passé et l’avenir de l’approvisionnement électrique suisse.
 
Les réserves à l’étranger s’amenuisent
Le conseiller national Hans-Ulrich Bigler, président du Forum nucléaire suisse, a rappelé dans son discours d’ouverture que depuis 2003, la Suisse importe chaque hiver plus d’électricité qu’elle n’en exporte. Il a fait le parallèle – inquiétant – avec les dernières évolutions de l’approvisionnement électrique de l’Allemagne. M. Bigler a expliqué que d’après la Bundesnetzagentur, le besoin de l’Allemagne en centrales de réserve atteindra une valeur record de 10 gigawatts d’ici l’hiver 2022/2023 – date de la mise à l’arrêt de la dernière centrale nucléaire du pays. Et celui-ci ne sait pas de quelle manière il parviendra à disposer d’une telle puissance de réserve. Par ailleurs, la sortie accélérée du charbon décidée par l’Allemagne n’arrangera en rien la situation déjà tendue sur le réseau électrique national, au contraire. Et la France, second fournisseur d’électricité de la Suisse, souhaite elle aussi réduire sa capacité nucléaire dans les années à venir.

Pour Benoît Revaz, directeur de l’Office fédéral de l’énergie (OFEN), la situation n’est pas si sombre. Plusieurs simulations montrent en effet que l’Europe continuera à posséder une capacité de production suffisante. À moyen terme, les difficultés se situeront au niveau des réseaux. M. Revaz est en effet convaincu que les interactions entre la politique et le marché au plan international permettront à la Suisse de continuer à faire face l’hiver. Il a annoncé que les perspectives énergétiques en date de 2007, actualisées en 2011, seront à nouveau mises à jour l’année prochaine. Les scénarios prendront en compte des durées de fonctionnement des centrales nucléaires de 50 ans et de 60 ans. Selon les estimations actuelles, l’approvisionnement électrique de la Suisse sera relativement épargné jusqu’en 2035.
 
L’énergie nucléaire a toujours été une bonne chose, et elle le restera
Walter Nef a dirigé la centrale nucléaire de Beznau de 1997 à 2007. Dans son exposé sur la «success-story» de l’énergie nucléaire en Suisse, il a mentionné le social-démocrate Willy Spühler qui a œuvré pour la construction des centrales nucléaires dans les années 1960, avec le soutien des défenseurs de l’environnement. Les objectifs à long terme de la politique électrique suisse de l’époque, à savoir: un approvisionnement électrique abordable, suffisant, sûr et le plus indépendant possible de l’étranger, mais aussi la protection des eaux, de l’air et des paysages, ont été atteints grâce à la combinaison énergie hydraulique - énergie nucléaire. La majorité des Suisses ont montré par leurs votes qu’ils reconnaissaient ces faits, et ils se sont jusqu’à présent toujours opposés à l’arrêt anticipé de nos centrales nucléaires.

M. Nef a abordé les travaux de rééquipement et de modernisation constants qui ont été réalisés sur nos installations afin de garantir la sécurité des personnes et de l’environnement. Et c’est avec cette même sécurité que la puissance globale de notre parc nucléaire a augmenté, avec les avantages associés pour l’économie et la société. Depuis notre entrée dans le nucléaire, nos cinq réacteurs ont produit un tiers de l’électricité consommée en Suisse. L’énergie nucléaire a permis d’absorber quasiment la totalité de l’augmentation de la consommation d’électricité enregistrée depuis 1969. Grâce à leur production d’électricité fiable et propre, les centrales nucléaires suisses ont aussi servi les intérêts de la protection de l’environnement, estime Walter Nef. Leur remplacement par des centrales à gaz à cycle combiné de dernière génération entraînerait une augmentation des émissions de CO2 équivalente à la quantité totale de CO2 produite par l’ensemble des voitures en Suisse. Pour M. Nef, l’énergie nucléaire restera un pilier indispensable de la Stratégie énergétique 2050 jusqu’à ce que la toute dernière tranche nucléaire soit mise à l’arrêt. Sans les centrales nucléaires suisses actuelles, près des deux tiers du besoin en électricité feront défaut lorsque l’hiver sera froid et sec.
 
L’avenir de la sécurité de l’approvisionnement controversé
Après la rétrospective de M. Nef, le podium de discussion s’est consacré à l’avenir de la sécurité de notre approvisionnement. Christian Schaffner, directeur de l’Energy Science Center de l’ETH de Zurich, a expliqué que l’approvisionnement électrique de la Suisse devrait être stable jusqu’en 2025. Ensuite, il deviendra plus délicat, essentiellement en raison de problèmes de réseau, et pas uniquement durant les mois d’hiver.

Mike Dost, le chef actuel de la centrale nucléaire de Beznau, a la conviction que si la Suisse maintient son cap, dans les années 2030, elle devra importer de l’électricité durant huit à dix mois de l’année, et cela lui coûtera très cher.

Le conseiller national UDC, Hansjörg Knecht, pense quant à lui qu’en dépit du développement des énergies renouvelables, l’énergie nucléaire restera nécessaire. Il encourage donc la politique et les autorités à ne pas mettre de bâtons dans les roues des exploitants nucléaires, contrairement à ce que fait actuellement la Confédération en réclamant des réserves excessives pour la désaffectation des installations.

Son collègue au Conseil national Eric Nussbaumer (PS) voit les choses différemment: Il est temps désormais d’accélérer le développement des énergies renouvelables et de répondre à la question du stockage de l’électricité. Selon lui, la transformation de l’approvisionnement électrique de la Suisse peut fonctionner, ce n’est qu’une question de volonté politique.

Frank R. Ruepp, président de l’Interessengemeinschaft Energieintensive Branchen (IGEB), reste malgré tout très inquiet pour les hivers à venir, car les entreprises grandes consommatrices d’énergie atteignent aujourd’hui déjà leur limite physique en matière d’efficacité énergétique. D’autres renchérissements unilatéraux signifieraient une délocalisation de la production à l’étranger.

Contact: 

Contact:
Michael Schorer, chef de la communication
Forum nucléaire suisse, Frohburgstrasse 20, 4600 Olten
Tél.: 031 560 36 50, E-mail: michael.schorer@nuklearforum.ch
 

S'abonner aux newsletters

Sélectionnez dans la liste ci-dessous les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner.
Sélectionnez dans la liste ci-dessus les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner.
Nous accordons une grande importance à la protection de vos données personnelles. Les données communiquées sont utilisées uniquement dans l’objectif mentionné. En cochant la case, vous acceptez que vos données soient traitées conformément à notre déclaration de confidentialité. Vous pouvez à tout moment arrêter votre abonnement aux newsletters.