04.11.20

Protéger le climat sans l’énergie nucléaire, est-ce possible?

Assemblée annuelle 2020 du Forum nucléaire suisse
«Protéger le climat sans l’énergie nucléaire, est-ce possible?» – Cette question était au cœur de l’assemblée annuelle 2020 du Forum nucléaire suisse qui s’est déroulée à Berne. Depuis des décennies, le mix nucléaire – hydraulique offre à la Suisse une électricité quasiment exempte de CO2. Et il nous sera difficile de maintenir un niveau d’émissions aussi bas qu’aujourd’hui une fois les centrales nucléaires arrêtées. Lukas Aebi, secrétaire général du Forum nucléaire suisse, s’est exprimé aux côtés de Reto Knutti, professeur à l’EPF de Zurich, et de leaders des partis de la jeunesse suisse dans le cadre d’une discussion sur le sujet, retransmise en direct.

Dans de nombreux pays, l’énergie nucléaire continue à jouer un rôle majeur dans la politique climatique. La Suisse s’est engagée à ne plus émettre de gaz à effet de serre d’ici à 2050, mais elle a aussi décidé de renoncer dans un même temps à un pilier majeur de son approvisionnement électrique, à savoir les centrales nucléaires, quasiment exemptes de CO2.

À la pointe en termes de durabilité, aussi grâce au nucléaire
À l’occasion de l’assemblée annuelle 2020, Lukas Aebi, secrétaire général du Forum nucléaire suisse, est revenu sur 50 ans de courant fiable et respectueux du climat: «Grâce à l’hydraulique et au nucléaire, nous n’avons jamais eu à nous préoccuper de la production d’électricité indigène dans le cadre de notre politique climatique. Un fait que le Conseil mondial de l’énergie a, lui aussi, une nouvelle fois souligné dans son dernier rapport sur le trilemme énergétique, la Suisse occupant la première place du classement général – notamment grâce à son courant propre. Concernant la durabilité de l’approvisionnement électrique, nous sommes les meilleurs.» D’après M. Aebi, la poursuite de l’exploitation, le plus longtemps possible, des centrales nucléaires suisses permet d’éviter des importations d’électricité massives, coûteuses et, potentiellement sales. «L’exploitation à long terme contribue de manière essentielle à une politique climatique crédible et efficace». Il a appelé la politique à ne pas détériorer plus encore les conditions d’exploitation des centrales nucléaires.

Beaucoup de possibilités mais peu de temps
Lors de l’assemblée annuelle, Reto Knutti, professeur de Physique climatique à l’EPF de Zurich depuis 2007 et auteur principal des quatrième et cinquième rapports du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), a présenté un exposé sur les défis associés au changement climatique pour l’économie et la société suisses. «À long terme, les effets du changement climatique sont essentiellement néfastes. Nous disposons de peu de temps pour prendre nos décisions, mais notre action façonnera le monde pour les siècles à venir», a déclaré M. Knutti. Nos émissions de CO2 devront être nulles d’ici quelques dizaines d’années, mais les promesses actuelles seront loin d’être suffisantes. «Et ne rien faire nous coûtera, finalement, plus cher. La Suisse est amenée à jouer un rôle pionnier. Nous pouvons façonner l’avenir. Chacun peut et doit participer, et nous n’avons jamais eu autant de possibilités pour le faire qu’aujourd’hui. Mais sans conditions-cadres, nous n’y parviendrons pas», a estimé M. Knutti.

Assemblée annuelle en période de COVID-19: Lukas Aebi, secrétaire général du Forum nucléaire suisse; Reto Knutti de l’EPF de Zurich; Ronja Jansen, Jeunesse socialiste Suisse; Julia Küng, Jeunes vert-e-s Suisse; Reto Brennwald; Matthias Müller, Jeunes vert’libéraux Suisse; Tobias Vögeli, Jeunes vert’libéraux Suisse; Sarah Bünter, Jeunes PDC; Alain Bütler, Jeunes UDC Argovie (de gauche à droite).

La protection du climat, avec ou sans le nucléaire?
L’exposé de M. Knutti a été suivi d’un podium de discussion animé par Reto Brennwald, sur les possibilités et les limites de la politique climatique avec et sans le nucléaire. Comme cela était attendu, les jeunes politiciens ont des positions très différentes. Ainsi, Ronja Jansen, présidente de la Jeunesse socialiste suisse, et Julia Küng, vice-présidente de Jeunes vert-e-s Suisse, se sont clairement opposées à l’énergie nucléaire. Selon elles, «l’énergie nucléaire et les formes d’énergie fossiles ne sont pas des énergies d’avenir». Tobias Vögeli, président des Jeunes vert’libéraux Suisse, n’entrevoit, lui non plus, aucune option à long terme dans l’énergie nucléaire, et ce bien que le Conseil mondial de l’énergie attribue un rôle majeur à cette technologie. «Il ne s’agit pas seulement de l’aspect climatique de cette technologie, si nous parlons de l’approvisionnement électrique du futur. L’énergie nucléaire est associée à trop de problématiques, par exemple celle du stockage final ou de l’extraction d’uranium.»

Matthias Müller, président des Jeunes libéraux-radicaux suisses, estime, au contraire, que l’énergie nucléaire est indispensable dans le mix énergétique et insiste sur le potentiel d’innovation de cette technologie: «Au plan de la politique climatique, renoncer au nucléaire n’a aucun sens. Nous devons mettre un terme aux guerres de tranchées idéologiques. De quelle manière pourrions-nous donc remplacer la part importante de l’énergie nucléaire dans notre mix actuel si nous voulons atteindre la neutralité carbone d’ici 2050?»

Sarah Bünter, présidente des Jeunes PDC, a rappelé la volonté du peuple suisse concernant la Stratégie énergétique 2050, qui prévoit de sortir du nucléaire: «J’estime que nous avons le devoir de suivre ce chemin.»

Alain Bütler, président des Jeunes UDC d’Argovie, a rappelé l’importance de l’énergie nucléaire dans l’approvisionnement électrique notamment pour l’industrie et durant les mois d’hiver. «Peut-être nous rendrons-nous compte que le nucléaire n’est pas si mauvais si nous décidons d’agir à la fois pour le climat et pour la sécurité d’approvisionnement.»

La totalité de l’enregistrement de l’assemblée annuelle est disponible à l’adresse: https://www.youtube.com/watch?v=4MB7JU8Nd78&t=5223s
Photo de groupe à télécharger: https://www.nuklearforum.ch/sites/default/files/Gruppenfoto_HRes.jpg
 

Contact: 

Stefan Diepenbrock, chef de la communication, stefan.diepenbrock@nuklearforum.ch  
Matthias Rey, Media Relations, matthias.rey@nuklearforum.ch
Forum nucléaire suisse, Frohburgstrasse 20, 4600 Olten
Tél.: 031 560 36 50