Les évènements en Ukraine d’après des informations de l’AIEA du 28 avril 2022

Rafael Mariano Grossi, le Directeur général de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), est revenu de sa mission d’assistance en Ukraine. Lors d’une conférence de presse organisée le 28 avril, il a annoncé les premiers résultats des mesures de rayonnement effectuées à Tchernobyl. Les systèmes de transmission des données pour la télésurveillance du matériel nucléaire ont pu être remis en état.

29 avr. 2022
Drapeau de l'AIEA
Guerre en Ukraine: l’AIEA informe sur les installations nucléaires.
Source: AIEA

Le résumé suivant est basé sur des informations de l’AIEA.

M. Grossi salue l’intervention héroïque du personnel de la centrale
Au cours de sa visite à Tchernobyl, M. Grossi a rendu hommage aux victimes de l’accident de réacteur et aux personnes ayant participé à la reconstruction du site en déposant une gerbe le 26 avril, à l’occasion du 36e anniversaire de l’accident. Il a également remercié le personnel actuel de la centrale: «Je suis honoré de rencontrer le personnel actuel de la centrale nucléaire de Tchernobyl, que je remercie chaleureusement pour sa persévérance et son courage en ces temps extrêmement difficiles. Ces personnes suscitent le respect et l’admiration de l’ensemble des collaborateurs et collaboratrices de l’AIEA, ainsi que de moi-même – ce sont des héros.»

Les spécialistes de l’AIEA ont pu effectuer des mesures à Tchernobyl
Lors de la conférence de presse, M. Grossi a fait état des mesures de radiosurveillance effectuées par les spécialistes de l’AIEA dans la zone interdite. Celles-ci ont permis d’évaluer la situation, après que les forces russes ont traversé la zone interdite avec des véhicules militaires lourds, et y ont creusé des tranchées. De la terre contaminée est ainsi remontée à la surface.

Les mesures présentées par M. Grossi montrent une très légère augmentation de la radioactivité dans la zone interdite, ainsi que des valeurs localement élevées où la terre a été retournée. Toutefois, les valeurs les plus élevées sont «au moins trois fois inférieures aux limites légales autorisées pour le personnel des installations nucléaires», a indiqué M. Grossi. «Toutes ces informations témoignent, certes, d’une augmentation de la radioactivité, mais on peut estimer que la situations ne présente aucun danger majeur pour l’homme et l’environnement.»

Interrogé sur une exposition très élevée des soldats russes aux radiations, M. Grossi a expliqué que l’on ne pouvait qu’extrapoler sur la base des mesures effectuées et que l’on ne disposait d’aucune autre information. L’AIEA a demandé des renseignements complémentaires à ce sujet mais «n’a obtenu aucune réponse», a précisé le Directeur général.

La télésurveillance sur le point d’être à nouveau opérationnelle
À Tchernobyl, l’AIEA a été en mesure de rétablir, au moins partiellement, la télétransmission des données de surveillance de la sécurité des installations nucléaires. Cette mesure essentielle pour lutter contre le détournement et la prolifération du matériel nucléaire avait été interrompue le 27 février. L’AIEA a annoncé que les techniciens ont rééquipé les systèmes de contrôle de sécurité non surveillés présents sur le site et ont mis en place de nouveaux canaux de transmission basés sur la technologie par satellite. D’après l’agence, des inspecteurs et inspectrices ont également pu vérifier le matériel nucléaire sur place et ainsi rétablir la transmission des informations.

L’AIEA prévoit une mission à la centrale de Zaporijia
Le 26 avril, le Directeur général, M. Grossi, a rencontré le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, et le ministre ukrainien de l’Énergie, Herman Halouchtchenko, à Kiev. Ils ont abordé notamment la situation à Zaporijia. «Concernant la situation des installations nucléaires ukrainiennes pour lesquelles nous devons agir, la centrale de Zaporijia est prioritaire», a annoncé M. Grossi lors de la conférence de presse. Celle-ci est en effet toujours sous contrôle russe.

«Nous devons mener une série d’actions à la fois dans le domaine des inspections et dans celui du contrôle de la sécurité le plus rapidement possible», a déclaré M. Grossi, qui prévoit de contrôler les dispositifs de sécurité de la centrale afin d’exclure toute altération éventuelle du confinement du matériel nucléaire en raison de l’impact d’un projectile sur le site le 4 mars. Il a également abordé la situation politique difficile qu’il conviendra de prendre en compte dans le cadre d’une visite à Zaporijia et qu’il abordera en amont avec le président Zelensky.

L’AIEA examine des rapports concernant des survols de missiles
L’autorité ukrainienne de sûreté nucléaire, la SNRIU, a informé l’AIEA le 28 avril sur le fait qu’une vidéo en date du 16 avril montrait le survol direct d’un missile au-dessus de la centrale nucléaire Ukraine du Sud. Le Directeur général, M. Grossi, a abordé l’évènement lors de la conférence de presse. Selon lui, l’AIEA étudie les évènements afin d’être certain à 100% de bien comprendre la situation. «Toute évolution de ce type, si elle devait être confirmée, serait extrêmement grave. Depuis le premier jour de cette crise, je ne cesse de souligner que l’intégrité physique des installations nucléaires revêt la priorité absolue.» a déclaré M. Grossi.

Le rapport de l’AIEA concernant les installations nucléaires ukrainiennes est disponible
L’AIEA a publié un nouveau rapport le 28 avril. Celui-ci fournit un aperçu de la situation de la sûreté, de la sécurité et des mesures de protection au sein des installations nucléaires ukrainiennes ainsi que des activités menées avec les sources radioactives en Ukraine.

Source

B.G./C.B. d’après des communiqués de presse de l’AIEA des 26 et 28 avril 2022 et une vidéo YouTube de la conférence de presse du 28 avril 2022

Restez informé-e!

Abonnez-vous à notre newsletter

Vers l’abonnement à la newsletter

Profitez de nombreux avantages

Devenez membre du plus grand réseau nucléaire de Suisse!

Les avantages en tant que membre