26.02.2018

Etats-Unis: la production d’isotopes indigène franchit une nouvelle étape

D’après l’entreprise américaine Shine Medical Technologies Inc., la construction du «Building One» sur le nouveau campus de production d’isotopes de Janesville, dans l’Etat américain du Wisconsin, a été achevée en février 2018. La construction du bâtiment principal est sur le point d’être lancée.

À l’issue de six mois de travaux de construction, Shine Medical Technologies a pu prendre possession du «Building One» sur le nouveau campus de production d’isotopes. Dans un premier temps, des spécialistes seront formés et familiarisés avec l’équipement. Ensuite, le «Building One» sera transformé en un centre de développement technologique ultramoderne. D’après l’entreprise, la première pierre du bâtiment principal du Campus sera posée très prochainement.

Contrairement aux grandes usines de production, Shine ne mise pas sur des réacteurs nucléaires spécialisés, mais utilise une source de neutrons basée sur un accélérateur. À l’intérieur de celle-ci, des ions de deutérium sont tirés sur du gaz de tritium, les noyaux fusionnent alors en hélium et libèrent des neutrons à haute énergie. Ce processus se déroule au sein d’un récipient rempli d’une cible liquide. Pour celle-ci, Shine utilise de l’uranium faiblement enrichi. Dans la cible, les neutrons rencontrent des noyaux d’uranium et provoquent une fission du noyau, produisant, entre autres, du Mo-99.

Les Etats-Unis ne disposent plus d’installation de production commerciale de Mo-99 depuis 1989. Cette nouvelle installation est destinée à relancer la production du radioisotope sur le sol américain.

Le bâtiment «Building One» du nouveau campus de production d’isotopes de Shine Medical Technologies, dans le Wisconsin, a pu être investi.
Source: Shine Medical Technologies
Source: 
M.A./C.B. d’après un communiqué de presse de Shine du 13 février 2018