25.10.2021

Lettre ouverte: «Chère Allemagne, s’il te plait: laisse nos centrales nucléaires connectées au réseau»

Dans une «lettre ouverte à l’intention de tous les Allemands», 25 écrivains, journalistes et scientifiques allemands et étrangers de renom ont demandé à l’Allemagne de laisser ses centrales nucléaires connectées au réseau, sans quoi les émissions de dioxyde de carbone pourraient augmenter et l’objectif climatique 2030 ne pas être atteint.

Dans une lettre ouverte publiée le 13 octobre par le journal «Die Welt», des auteurs tels que Mark Lynas, journaliste britannique spécialisé dans les questions environnementales, et Theo Sommer, ancien rédacteur en chef de la «Zeit», expliquent que «malgré tous ses efforts, l’Allemagne pourrait ne pas satisfaire son objectif climatique 2030».

L’arrêt des centrales nucléaires entraînera une augmentation des émissions de dioxyde de carbone et l’Allemagne pourrait ne pas réussir à réduire des émissions de 65% d’ici à 2030 par rapport à leur niveau de 1990. «Il est difficile de s'imaginer que les mesures décidées jusqu’à maintenant permettront de remédier totalement à ce problème», peut-on lire dans la lettre. Les auteurs appuient leur évaluation sur le projet d’un rapport de projection du ministère de l’Environnement, tenu secret jusqu’à maintenant, qui prévoit que sans autre mesure, l’Allemagne ne parviendra à réduire ses émissions que de 49% d’ici à 2030, et non de 65% comme le prévoit la législation.

«Mais vous pourriez encore réaliser votre objectif climatique d’ici à 2030». «Il vous faut, pour cela, opérer un changement de cap et modifier vos priorités en sortant du charbon avant de sortir du nucléaire. Ce dont le pays a besoin, c’est d’une ordonnance d’urgence climatique associée à une modification de la loi sur l'énergie atomique qui remette en vigueur les prolongations d’exploitations des centrales nucléaires jusqu’en 2030 à 2036, tel que cela avait été convenu en 2010.» Les auteurs estiment que cette mesure d’urgence – qui consiste de facto à repousser la sortie du nucléaire – permettrait, à juste titre, de gagner le respect de la jeune génération et des générations à venir.

L’arrêt des six tranches nucléaires restantes, qui fournissent 12% du courant allemand, entraînera inévitablement chaque année près de 60 millions de tonnes d’émissions supplémentaires. Car, pour pouvoir fournir la puissance de remplacement requise, il faudra utiliser davantage de combustibles fossiles. En conséquence, les émissions allemandes augmenteront de 5% par rapport à leur niveau de 1990, et l’objectif de réduction des émissions de 65% sera difficile à atteindre.

L’évidence que personne ne veut admettre est qu’en sortant du nucléaire, l’Allemagne augmentera ses émissions de carbone. «Et ce alors que la décarbonation de l'économie électrique est la stratégie principale pour aboutir à un système énergétique de zéro émission nette», estiment les auteurs.

La sortie du nucléaire d’ici fin 2022

En 2010, le gouvernement allemand de la chancelière Angela Merkel avait décidé de prolonger la durée d’exploitation des 17 réacteurs nucléaires allemands jusqu’en 2036, au plus tard. Mais dans le sillage de l’accident de réacteur de Fukushima-Daiichi, causé par un séisme et un tsunami, en mars 2011, l’Allemagne a opéré une volte-face. Dans les mois qui suivirent, le gouvernement décida de sortir complètement du nucléaire d’ici fin 2022. Fin 2021, trois des six réacteurs restants – Brokdorf, Grohnde et Gundremmingen-C – furent définitivement déconnectés du réseau. Un an plus tard, c’était au tour des trois derniers – Emsland, Isar 2 et Neckarwestheim 2.

En juillet 2021, Angela Merkel a défendu sa décision de sortir du nucléaire, tout en concédant qu’à court terme, il sera difficile de réduire les émissions de gaz à effet de serre du pays.

La centrale nucléaire de Grohnde sera mise à l’arrêt définitif à la fin de l’année.
Source: Wikimedia
Source: 
M.A./C.B. d’après le journal die Welt du 13 octobre 2021