Grande-Bretagne: jusqu’à 24 gigawattheures nucléaires d’ici à 2050

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a présenté des projets ambitieux pour accroître l'approvisionnement énergétique du pays. La nouvelle British Energy Security Strategy prévoit notamment une forte accélération du développement des capacités nucléaires indigènes.

7 avr. 2022
Représentation des plans initiaux à Wylfa
Le projet de construction à Wylfa (représentation des plans initiaux) pourrait connaitre un nouvel élan.
Source: NIA

Le 6 avril 2022, le gouvernement britannique a présenté sa nouvelle stratégie destinée à accroître la sécurité de l’approvisionnement énergétique. Il a précisé de quelle manière la Grande-Bretagne entendait accélérer le développement des énergies nucléaire, éolienne et solaire, ainsi que la production d’hydrogène, dans l’objectif que d’ici à 2030, 95% du courant britannique soit pauvre en CO2. La stratégie vise aussi à encourager le pétrole et le gaz indigènes à court terme.

D’après le gouvernement, le plan s’inscrit dans un contexte de hausse mondiale des prix de l’électricité en raison d’une augmentation de la demande post-pandémie et de l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Il revêt une importance majeure pour permettre à la Grande-Bretagne de s'affranchir des combustibles fossiles, dont les prix sont très volatils, et pour renforcer les sources d’énergie indigènes, afin de garantir une plus grande sécurité énergétique.

Des projets nucléaires ambitieux
La stratégie prévoit une accélération sensible du développement de l'énergie nucléaire avec pour objectif d'accroître les capacités de cette «source d’énergie sûre, propre et fiable» jusqu’à atteindre 24 GW en 2050. Les centrales nucléaires pourraient ainsi couvrir 25% du besoin probable en électricité. En fonction de l'avancement de leur développement, les petits réacteurs modulaires (SMR) pourraient être amenés à jouer un rôle majeur.

Afin d’encourager ce développement, le gouvernement a mis sur pied une nouvelle autorité, la Great British Nuclear, qu’elle a doté de moyens financiers importants. Par ailleurs, le Future Nuclear Enabling Fund, qui possèdera une fortune de 120 millions de livres, sera mis sur pied courant avril 2022. Les premiers projets seront lancés «aussi rapidement que possible au cours de cette décennie», notamment celui à Wylfa, dans le nord du Pays de Galles. D'après le gouvernement, la construction de huit réacteurs pourrait être lancée dans les années 2020, soit un réacteur par an, et non un par décennie comme que cela était prévu initialement.

Source

M.R./C.B. d’après un communiqué de presse du gouvernement britannique du 6 avril 2022

Restez informé-e!

Abonnez-vous à notre newsletter

Vers l’abonnement à la newsletter

Profitez de nombreux avantages

Devenez membre du plus grand réseau nucléaire de Suisse!

Les avantages en tant que membre